Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Elucubrations en vrac

Il y a plusieurs êtres en nous paraît il. Il en est un qui demeure figé, pétrifié dans un arrêt d’urgence. Je regarde mon piano qui chez moi, sert d’étagère à l’inutile fatras des objets sans destination. La flamme d’une bougie vacille au dessus de lui, doux, fragile, bienveillant regard d’une présence qui rappelle une notion de l’éternité. L’éternité, ce présent qui parcourt d’un trait fulgurant l’univers tout entier. Il est l’infini à travers duquel s’étend toute souffrance comme il est probable tout instant de bonheur. Méfiez vous dit mon pote, l’illustre marin, on n’est pas à l’abri d’un coup de bol. Je regarde mon piano qui joue tout seul pour moi. Mon piano, ce n’est pas mon piano, c’est un don, sur lequel je pourrais jouer ma propre partition. Je l’ai regardé et caressé de temps en temps comme un être inaccessible. Il n’est pas un instrument, c’est moi qui le suis pour lui.
Cette nuit je l’ai ouvert. Je suis revenu de cette balade nocturne où j’ai crié sous mon casque et sous la lune, défilant dans les lacets d’une route de montagne, adieu bagnole, adieu ma break, adieux aux films qu’elle renferme, des vacances improbables et aux nuits d'abandon comme Louise Wimer, je suis en bécane. J’ai troqué cette putain de bagnole contre une moto. J’ai depuis quelques jours, croisé les saluts de motards comme un revenant aurait éprouvé la reconnaissance des vivants. C’était bon, sous le soleil des journées d’automne, et dans cette nuit humide, à parcourir les routes, sans but, sans autre but que de sentir la vie qui défile, révélée par le bruit du vent qui s’engouffre dans un casque trop grand. Il y a plusieurs êtres en nous paraît il. Cette nuit j’ai ouvert mon piano, les doigts encore engourdis par le froid ressenti au guidon de ma célérifère à quatre temps, mélange de nostalgies et d’errance d’un cœur éprouvé au parfum de l’essence sans plomb 95, et d’un sentiment de liberté sur des chemins à inventer, craché par la vie, j’irai glisser sur vos routes. PhilM

Elucubrations en vrac
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

replica watches uk 10/02/2015 03:24

I would like to thank you for the efforts you have made in writing this article.

hublot replica 10/02/2015 03:24

Very good stuff with good ideas and concepts, lots of great information and inspiration, both of which we all need.

gucci replica 10/02/2015 03:24

Pretty good post. I just stumbled upon your blog and wanted to say that I have really enjoyed reading your blog posts.