Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

La ligne de discrétion... 1

 

 

 

 

 

 

 

Les yeux baissés

 

 

 

Quand est venu mon tour, à la franchir, j'ai craint de disparaître. A la première question je suis resté silencieux. C'était la seule manière de respecter cette ligne sur laquelle depuis je médite. J'aurais préféré une ligne d'écriture, une ligne de conduite, une ligne de bus, de tramway ou la ligne du désir en fermeture éclair. J’aurais décliné une ligne blanche, délaissée une poudre à nez mondain, ou vous me ferez cent lignes mais, à part garder la ligne et à quelques endroits un profil d’athlète, je me suis posé la question de l'équilibre quant à l'étroitesse de la dite ligne.

Puis, est venue la question de ma faculté à marcher dessus, sans en déborder, tout en respectant l'angle ouvert contournant le bureau mais si brusque qu'il me ferait perdre, outre l'équilibre, quitte à choir dans le ridicule, une certaine indisposition à respecter l'injonction. Ligne de discrétion... j'ai pensé un instant que dans un restaurant cela pourrait signifier que le buffet était à volonté mais qu'il fallait se servir en douceur. Défiant le regard concupiscent d'un autre convive à l'assiette débordante, je resterais planté et à mi chemin entre la satisfaction gourmande et un poil de culpabilité en rapport avec ma ligne. J'ai pensé aux grandes lignes, à celles des trains, à la relative discrétion d'un TGV en rase campagne, aux lignes aériennes et aux si peu discrets nuages de gaz toxiques, enrobés de glace. J'ai pensé à la ligne des partis. Puis je suis revenu à moi, contemplant celle de la secrétaire médicale, si belle, et qui gardait quelqu'un en ligne tandis qu'elle me demandait « de quoi t'est -ce qu'on pourra faire de vous »? Rien ai- je chuchoté. Rien de plus que de me retrouver indemne en cet endroit après avoir osé franchir la frontière qui nous sépare des lieux communs. Madame, c'est que je viens d'enjamber la ligne de discrétion. Elle me regarda étonnée avec ses grands yeux bleus et vit assurément que je m'y noyais et s'en trouva gênée. Je lui dis alors du plus bas que je pouvais, que je saurais au regard des consignes, rester discret et par là même m’effacer. Sans plus attendre, je pris congé. Je retournais en deux pas maladroits et en arrière vers le monde libre de toute attitude. Je retrouvais l'extase de l'anonymat où l'on peut en toute discrétion réfléchir au surnaturel lorsqu'au sol il s'écrit en toutes lettres. Que faire quand on est amoureux et qu'on voudrait en guérir? Déjà sortir de l’hôpital.

Copyright © 2017, La ligne de discrétion, Philippe Maréchal.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article