Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

La ligne de discrétion...21

 

 

 

Boire

 

Autre temps, celui de la cuite, autre ligne qu'il importe de franchir et délaisser derrière soi. Se conjugue avec le verbe boire et re boire, en mode jusqu'à plus soif, sorte de prémices au temps venu de l'impératif et seul rempart contre l'excessif, une affiche, ne bois plus. Tu as pété la tire-lire et voilà qu'elle est fraîche et glissante entre tes mains qui la tirent du frigo, la reine des rôteuses, la divine 1er cru et brut de décoffrage ; ce n'est pas raisonnable et ce n'est qu'à cette condition que le plaisir lié à l'exagération permet de s'adonner sans complexe à la dégustation d'une bouteille de champagne en solitaire et en milliers de bulles qui tapisseront les parois de la flûte. Et tu la tiens devant toi et levée à bouts de bras la bouteille qui depuis une rupture t'obsède et que tu voudrais éclater entre tes mains. Défaire les tournicotis du fil torsadé avec lenteur, garder la capsule, c'est joli une capsule. Prendre le torchon et tourner délicatement mais fermement, le bouchon. Laisser en l'état. Regarder, prendre le temps. Tout est retenu et cependant prêt à éclater. Reprendre en chiffon la serviette. Stop, t'a oublié le verre et en l’absence de flûte, un petit pied surmonté d'un ballon fera l'affaire. Tu es le capitaine dans Mary Poppin's qui tire au canon depuis son ballon. Reprendre l'opération, avec roulement de tambours et accompagner le départ fulgurant du liège qui libère l'arôme et un petit nuage. Entendre, comme la mer qui recouvre le sable brûlant au soleil, le frémissement s'échappant du goulot et précédant le flot du liquide frappé. Verser avec douceur dans le verre penché, comme toi, dans ta bagnole quand au premier virage t'as oublié que tu n'es plus un motard. Tu sens ce parfum ? C'est celui du temps, celui qu'il aura laissé. Le temps n'abîme rien c'est le vent qui polit. Le temps enrobe tout de sa patience qu'il traduit en fragrances, celles du vin qui pétille le jour où tu choisiras d'y mettre ton nez et ta bouche toute ouverte prête à déguster et les mois et les années réunies dans un verre qu'en un instant tu avales. Attendre donne soif et le temps prête à boire. Champagne.

Copyright © 2017, La ligne de discrétion, Philippe Maréchal.

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article