Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

La ligne de discrétion...23

 

 

 

 

 

 

La lune

 

Qui n'a pas un soir de pleine lune risqué un vœux, seul ou à deux ? Que deviennent toutes ces promesses quand le temps aura passé et qu'elles se seront évaporées dans le ciel des nuits paisibles et d'ivresses partagées ? Lorsqu'elle revient et que je me trouve dehors à la contempler toute ronde et entière, j'y repense, parfois triste ou amer. Tout d'abord je suis pris par la douceur à son lever. Et presque aussitôt me reviennent les serments, les espoirs, les envolées destinées aux lendemains rieurs. Elle, parfaite et calme domine au milieu de la nuit. Elle n'éclaire plus que la mienne. Alors, c’était pas vrai ? C'était pour de faux comme on disait gamin ? Tu t'en fous hein ? Je n'y crois pas. Je n'y crois plus. Elle monte encore et semble toujours me regarder. Elle me fixe et je saisis qu'elle me sourit. C'est qu'elle aura gardé bien au chaud les demandes envoyées, toutes les missives éthérées aussi minces que l'espoir d'un soir où tout semblait fragile. T'en fais quoi de tout ça ? Elle ne répond jamais et se contente de rigoler quand elle ne joue pas à cache à cache derrière un nuage comme elle enfile une robe légère et se moque de toi et ainsi revêtue plus sensuelle que jamais. Puis elle réapparaît, toute nue et dorée et tellement belle qu'à nouveau je m'y confie comme à celle qui en d'autres temps me côtoyait. Rompant le silence :

- C'est pas moi qu'elle dit, ce sont les étoiles filantes qui attrapent tout au passage. Quelquefois, un vœu passe au travers et je le retiens. J'en prends soin mais je te connais, je sais qu'il faut faire attention.

- Pourquoi ?

- Tu sais ce que l'on dit : « méfie toi de tes rêves, ils peuvent se réaliser ». Alors je prends soin de toi, comme des autres qui me confient leurs désirs et je ne t'oublie pas, travaillant sans cesse au mieux pour qu'un jour tu puisses enfin découvrir.

- Quoi ?

- Ce que tu ne saurais imaginer et que je te dessine, l'allée que tu oublies de regarder, obnubilé par mon éclat quand il te faudrait te retourner et suivre le chemin que j'éclaire mon ami pour tes pas.

Copyright © 2017, La ligne de discrétion, Philippe Maréchal.

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article