Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Etoiles

Etoiles

Demain matin je partirai...demain j'irai, avec mes pauvres mots. Demain j'irai, moi qui ne suis pas Hugo, et je te retrouverai pour te serrer dans mes bras, mon enfant, mon amour, mon soleil, ma joie. Demain j'irai, vers vous mes amours, mes étoiles,...

En savoir plus

Maréchal libère Beigbeder

Maréchal libère Beigbeder

MARÉCHAL LIBÈRE BEIGBEDER par latelelibre

En savoir plus

Take it easy

Take it easy

Oh mon amour vient dans mes bras, que chante une femme sur un fond de New Orleans. C’est lundi, retour à la Gaieté après deux jours de gris. C’est pas que çà me gène, çà me surprend, mon café croissant n’est pas cher aujourd’hui. Y’a une petite prime...

En savoir plus

C'est par là que çà se passe

C'est par là que çà se passe

Bistrot, café, bar, gargotte, rad, troquet, chapelle, estaminet, il y fait chaud. The Duke, le piano me happe une fois la porte franchie. Dans un piano, les marteaux tapent sur du velours. Dans ma tête, la bière d’hier soir sévit encore et cogne toujours....

En savoir plus

Sous le soleil des néons

Sous le soleil des néons

Je suis devant mon petit noir. Mon Jus, ma tasse. Je bois la tasse. C’était écrit quelque part. Dehors, tout le monde est habillé en noir. De quoi porte t’on le deuil ? Dans le métro une femme est revêtue tout en bleu. Son bleu lumineux irradie. Elle...

En savoir plus

on my knees

on my knees

C’est l’heure où les cuistots et les barwomen mangent. Toujours le blues qui coule à l’abri derrière les vitres du bar. Ce matin dans le métro une femme était à genoux appuyée sur les mains, le visage contre le sol. Elle avait posé un gobelet en plastique...

En savoir plus

Retrouver le Phil

Retrouver le Phil

Elles sont Assises sous la glace à facettes. Y’a deux filles qui gloussent au fond du café. Elles épluchent leurs doigts. Elles gigotent. Elles se trémoussent. Elles chuchotent. Elles se confient, s’abandonnent pour trois fois rien. Elles vivent. Elles...

En savoir plus

Orange pressée à temps perdu

Orange pressée à temps perdu

A Paris, il fait toujours gris. Pas rue de La Gaieté. Paris, Parue, j’y suis revenu. Un orange pressée et tout mon temps. La musique s’allonge et se répand sur le comptoir. Une petite scène au fond et le mot « Toilettes » en rouge comme une invitation...

En savoir plus

Un dimanche à Paris

Un dimanche à Paris

Un dimanche de mélancolie, à travers les rues sous la pluie. Inventer de nouveaux pas et sur un chemin qui s'efface, survoler les pavés pour ne pas glisser comme un cheval aux sabots férrés. Acheter une mangue à un vendeur birman, croiser les regards...

En savoir plus

Les jardins intérieurs

Les jardins intérieurs

L’intention de poser un acte minimaliste sur une feuille imaginaire est en réalité aussi éphémère qu’un assemblage de pensées sous un ciel étoilé. Ainsi je souffle toute la vacuité qui accompagne le cinéma permanent des pensées. Elles défilent dans nos...

En savoir plus

Rue de la Gaieté

Rue de la Gaieté

Rue de la Gaieté…C’est bien comme endroit, c’est bordé de Théâtres. Bonne idée la gaieté. On va dire que çà commence là. Faut que pas que çà s’y termine. Rue de la Gaieté, il y a aussi une impasse qui s'y colle. L’Impasse de la Gaieté. C’est quoi l’impasse...

En savoir plus

Le superficiel est soluble dans... l'eau

Le superficiel est soluble dans... l'eau

Il est des endroits où quand il pleut, tout devient moche, même ce qui semblait inaltérable comme la douceur de vivre dans un lieu préservé du temps et des hommes. Mais Il est des endroits où quand elle tombe, sous un ciel plombé et sombre, la pluie révèle,...

En savoir plus