Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Entrées maritimes

Les nuages se sont empilés les uns sur les autres. On dirait un carambolage sur l’autoroute du ciel à hauteur de l’Aigoual. Depuis trois jours le ciel nous pisse dessus. Ceux qui repiquent les oignons se planquent à l’abri en triant les plants. Les yeux scrutent le plafond nuageux à la recherche d’un signe de bon signe, mais rien ne vient, il pleut. Il repleut. C’est la mousson de printemps, comme il y a quelques années que ce n’était pas arrivé. Pour un paysan, le mauvais temps, c’est le même temps qui dure trop longtemps qu’on dit par ici ; sécheresse ou pluie ou bien vent en furie, trop longtemps c’est toujours de trop. Le mauvais temps pour un citoyen, c’est une façon de subir une politique qui dure depuis trop longtemps. Les nuages s’accumulent au dessus des manifestations et rien ne semble présager de leur dispersion, nuages et manifestations, rien annonçant qu’un vent nouveau nous éclaircisse de ce coté désespérant. Seul le mépris du président qui veut instituer « une  garde nationale », réduisant l’impact des grèves des enseignants... Pourtant, ça finira bien par venir, après la pluie...Ne rien lâcher, facile à dire, mais à tenir, quand on a rien dans la main, c’est autre chose. Alors je suis sorti sous la pluie, pieds et tête nus, je suis sorti comme pour dire merde au ciel qui me pisse dessus, insignifiant sans doute, mais là, debout, « tout seul peut être, mais.... Je suis un hobit et j'ai du poil aux pieds.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article