Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Sensations bizarres avec le Wifi

Ceci n’est pas le résultat d’une étude scientifique, pas plus que le fruit d’une inquiétude irraisonnée faisant ajout opportun à quelque campagne de sensibilisation à dessein du moment. C’est plus une question que je pose, autant que l’intime conviction « qu’il se passe quelque chose ». Ce que je vais décrire, brièvement, n’est, ni plus ni moins que la somme des observations que j’ai pu faire à mon propos et à celui de mon entourage immédiat, soumis aux même traitements à l’insu de son plein gré.  Je n’ai pas d’à priori à ce sujet mais, j’ai donc observé ceci...

Je vais mieux...Vous souriez...attendez, c’est un début et oui çà va mieux depuis que j’ai cessé le WIFI, et étonnant, autour, si je puis dire, ça va mieux aussi. Je travaillais jusqu’à il y a un mois sur un ordinateur portable, connecté en wifi, jusqu’à ce que je me plaigne, de sensation de fatigue que je ressentais dès que je mettais en marche ce système. Dès les premières minutes, une impression désagréable, apparentée à une sensation de tête lourde, suivi plus tard, dans la journée, de maux de tête légers, puis persistants et plus marqués au fur et à mesure des mois passés à utiliser ce système, reliant entre deux étages, l’ordinateur à la boite me reliant à la toile... Je passerai les picotements divers sur les bras et toutes sortes de petites manifestations de ce genre qui disparaissaient immédiatement dès lors que je quittai le portable. La fatigue persistante, les maux de tête, une sensation de lourdeur partagée par d’autres dans la pièce ainsi qu’ une déprime, même, et puis des semaines passées à supputer, observer...surtout découvrir qu’à l’occasion de chaque déplacement, sortie de la maison, privé en quelque sorte de l’utilisation de l’ordi et des taches quotidiennes auxquelles je m’adonnais, l'arrêt de ce système m'apportait immanquablement un regain de forme qui se prolongeait  jusqu’à mon retour à la maison jusqu’à l’instant précis où je remettais en route le système wifi.

J’ai donc décidé d’utiliser le vieil ordinateur à l’étage et depuis deux mois, tous ces symptômes ont disparu, excepté lorsque j’ai utilisé par deux fois le portable, pour cause de panne du vieux PC.

Je le répète, je suis conscient qu’il ne s’agit pas d’une étude liée à un protocole scientifique, ni un manifeste anti ondes ou progrès, non c’est juste une observation, n’engageant que moi et mes proches. De cette manière, je ne prouve rien, mais çà va mieux sans wifi et çà...., c’est comme l’homéopathie, çà n’existe pas, mais je n’utilise que çà.

Quelqu’un a-t-il fait de pareilles constatations ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

AnneKaKa 21/06/2008 22:06

jé vu a la tévé une femme qui vivait dans de l'aluminum pour que les ondes ne pénètrent pas chez elle..Elle ne peut pas vivre dehors car elle sens toutes les ondes...fatigue, chatouilles, nausées, jambes qui se dérobent.....vouala...jai vu à la tévé...elle se bat pour se faire comprendre...et surtout pour qu'on la croit !!

karine 20/06/2008 20:01

Je suis pas fan de libé, mais aujourd'hui il y avait un article à ce propos, le témoignage d'une femme obligée d'isoler sa maison en raison d'une hypersensibilité au wifi, même symptômes que toi, diagnostiquée dépressive, jusqu'à ce qu'elle se rende compte...

Sébastien 20/06/2008 12:07

C'est parce que tu passes trop de temps sur l'ordinateur.  Ca donne une fausse impression d'ouverture sur le monde, de communication...Ca crée de kla frustration. Mon WIFI ne me fait rien. Trouve les livres d'Eliot Pattison c'est vachement bien, des polars qui se passent au Tibet, l'intrigue n'est qu'un prétexte pour raconter les gens qui vivent là haut et c'est ... envoutant et tu prends l'air un grand coup.