Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Ca va être ma fête...

Sur la télélibre, en cliquant http://www.latelelibre.fr  on peut voir en images et en texte le dernier sujet que j’ai proposé, évoquant « La fête de l’Aïd en Cévennes… » s’en suivent dans les commentaires des choses étonnantes qui m’échappent…normal.  Pour ceux qui avaient lu le texte qui accompagnent ces images, texte qui avait paru sur ce blog, je propose ce complément, une réponse que je viens de donner à un internaute qui regarde la TéléLibre…

 

 

@ Gwendal... Boucanier, prince des Ovnis, Je t'ai reconnu, frère de la côte, à ton air chaloupé, évitant les pavés qui se soulèvent et venant, coquin de marin, d'un clin d'œil me poser la question qui dessèche, à l'heure du décollage comme sur un quai de Martinique...9heures 3...alors je pourrais dire, jen 'ai pas le temps tout de suite, ces polémiques m'effraient un peu, mais tu connais çà, et  on s'arrête quand même, je ne m'y déroberai pas, un zeste de citron vert et je vais essayer de te répondre, pour comprendre du moins essayer, et c'est là pour moi le sens de l'écriture, comprendre ce qui reste d'imprimé au fond de ma petite boite noire et qui est passé par la rétine, ou l'objectif et passé par les prismes et retourné par les paradoxes et craché par le cœur... Ce que j’ai voulu dire je l’ai écrit plus haut mais je prends le temps d'une marée et j'y reviens camarade maritime, mon propos n'est pas, assurément dans les guerres de religion, catholiques, protestants, musulmans, juifs, Hindous, bouddhistes, agnostiques, athées, boulistes, scientologues, la globale confusion, où sont amalgamés croix de David et symboles Nazis, El pueblo unido et Hamas sera vincido ou le gout de l'Hémoglobine, non...je n'aime pas cela, plus que çà, tout comme le spectacle du boucher chez ma grand mère comme j'en ai parlé plus haut, simplement, il se passe quelque chose devant moi, et je n’ai pas inventé l’eau chaude, soit j'ai le nez collé dessus et je l'interprète selon mes conditionnements soit je recule d'un pas et ce que je vois révèle autre chose..." la vie c'est ce qui se passe pendant que tu fais autre chose..." dit Jacques Higelin, et là se qui se passe devant mes yeux c'est le mouvement d'une navette entre trame et chaine, la vie qui se sert de tout et qui tisse sans cesse une autre histoire pendant qu'on se perd et se fourvoie à lire le présent avec les lorgnons du passé et qui rend obsolète les discours lénifiants des Hortefeux, des Sarkozy et consorts ou d'autres par le passé finalement quelque aient été leurs options politiques ou plutôt égotiques, ce que j'ai vu c'est la manière dont le peuple à la base recompose, recrée, envisage une nouvelle vie, bien ou mal, je ne sais pas, mais, avec mon petit cerveau, juger trop rapidement c’est à coup sur ne pas comprendre et inconsciemment surement  ce petit peuple invente un nouveau pays, une nouvelle histoire en se servant des bribes du passé. En voyant cela je me souviens d'un vieux tisserand en Inde qui me disait, "une seule tradition...en changer..." c'est là la seule force des petites gens dont je suis, vivre et se frotter au monde avec ses frusques, ses oripeaux hérités du passé jusqu'à ce qu'ils soient usés jusqu'à la corde pour les remplacer peu à peu par d'autres au contact des autres. Pendant que Président s'évertue à faire rentrer l'histoire de France dans un musée, celle ci lui échappe déjà en ressortant par la fenêtre et s'en va en récréant sans cesse de nouveaux rapports entre les gens,  entre les gens qui viennent de partout comme depuis toujours  en France, tiens regarde au pays des guerres des camisards, des prêches dans le désert, du défi à la capitale et à ses dragons et son roi soleil, des résistants,  au pays des sentiers parcourus par des humains traqués et des  « justes » qui s'en allaient la nuit les nourrir, au pays qui vit même des maquisard allemands tandis que notre police embarquait tout ce monde là…   aujourd’hui elle n'est pas banale cette rencontre d'un berger et d'anciens fils de paysans par delà la grande bleue et qui ont cassés leurs dos à construire nos maisons et refaire nos routes et qui relient à présent Atlas et Cévennes. La mort, fusse t'elle d'un mouton, me posera toujours question jusqu’à ce que vienne mon heure et je sais bien qu'en faisant ce genre d'images j'aurai affaire au courroux de ceux qui sont au dessus de la mêlée mais assurément ce que j’ai vu, au-delà de la fête de l’Aïd c’est des gens différents qui brisent malgré eux le cercle des communautés et  contre tout attente font vivre ce berger qu’on a, à Paris ou à Bruxelles qu’une seule solution à proposer en programmant sa disparition, la perfusion des subventions, finalement le RSA généralisé.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

Pascale Schupp 14/01/2009 14:33

Moi j'ai aimé ton reportage sur la fête de l'Aïd ! j'ai appris plein de choses ! Quant aux commentaires de Gwendal et compagnie...Gwendal qui visiblement n'a pas pris la peine de chercher à connaître les religions ferait bien de se souvenir que 2009 rime avec regard neuf !!!!!!!!!!!!Bises et bonne continuation !