Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Alain Bashung

Ce matin « Bleu pétrole », c’était la gueule de bois. Pas vraiment la tête à écrire des poèmes comme je l’annonçais imprudemment hier. Et puis c’est con, c’est comme si on disait « demain je vous aimerai. » parce qu’on est déjà demain, et que j’aimais déjà hier. Ce matin, c’est la bouche qui s’est réveillée avant les yeux et puis l’oreille  a ouvert l’œil en grand pour sa ration d’avoine. Hier soir jusqu’à tard dans la nuit, comprends, ce matin le crâne est abruti, mais pire, ce qui se disait dans ma radio devant mon bol de noir, Baschung est mort. Si même Baschung se met à mourir autant le dire çà devient inquiétant. Je me souviens qu’on dit, je crois 1980, un quai quelque part en Afrique de l’est, un type bizarre qui marchait à coté de moi, et qui zigzaguait pour écraser les cafards. Trop chaud, trop de Gin To, des soldats américains en sens inverse et on voyait ses dents dans son rictus de comique par hasard, et il chantait Gaby, il aimait bien le moment où il pouvait imiter le requin.  Et moi Je suis vivant. Je suis un hêtre vivant, un fayard à quatre pattes. Et je bois. Je suis perdu et insignifiant dans cet univers grandiose, entre les cuisses de la montagne. Je lève mon verre à ma Mère, à la nature… aux teintures mères et je vais aller me coucher en me disant qu’en plus j’ai peut être trop fumé. Tu vas manquer. La semaine dernière tu étais encore là et je me plaignais des petits matins. C’est comme çà quand je me souviens des petits matins. Un jour vient où je me souviens qu’après un dernier soupir nous ne serons plus qu’un souvenir. T’es où ?

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

philippe 16/03/2009 21:33

je suis heureux que tu sois venu faire un pt'it tour ici...avec le copain Cicis...Tb t'as raison...çà me touche qu'il soit parti, c'est comme le jour où Léo s'est fondu dans la nuit, j'étais boulanger, j'écoutais la radio et j'en ai oublié mon pain...le lendemain j'étais avec une fournée de seigle noire....

phiver 16/03/2009 18:34

Tu vois que tu as quand même réussi à le faire ce poeme.Il a fallu la mort de AB (moi j'aurais mis TB) pour venir te voir chez toi là où le pain est si bon, là où les mamies ont encore la foi. N'etant plus cible  marketing, les hommages me gavent grave mais pour une fois j'ai pu écouter des albums entiers que je ne connaissais pas. AB étant un vrai poete un vrai createur et un vrai chercheur de mots. Je croyais que c'etait le fils de Gainsbourg; ce que j'ai écouté le situe au dessus.Et la question tranchante est:à qui le tour maintenant ?A bientôt je l'espere sur la telelibre...

philippe 16/03/2009 10:10

ouais, je viens, de toute façon je façon je viens c'est sur c'est une question de temps, d= v.t donc t= d:v, je v donc aller lentement...

tornade blanche 15/03/2009 21:29

Ben j'suis là ! Viens canard, faut pas avoir peur, ici on peut marcher la tête haute, personne ne nous doit rien...Si tu veux pas venir tout d'suite, ton idée d'écrire des poèmes, c'est pas con, ici on peut rien entendre d'autre.