Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

"Quand on partait de bon matin..."

Ca fait du bien le lundi  du Besancenot au  matin pour se réveiller quand on a eu dans sa même radio du Vincent Peillon, pour s’endormir la veille. Une peu d’énergie pour un lundi, une parole qui tranche au milieu des discours ambigus, à toutes fins de condoléances pour une société qui n’en finit plus de s’agiter de soubresauts en convulsions. Je ne suis d’aucun parti, je dirai même qu’un jour je suis parti jouer ailleurs, là justement où ils ne viendront jamais nous les gratter, les partis. « Camarades morpions adhérez au parti ...disait Coluche. Je suis parti jouer ailleurs , de l’autre côté du poste, de l’autre côté de la vie. Et qu’il ya t’il de l’autre côté de la vie, ben tous, toutes celles et ceux qui un jour sont partis sans qu’on les pousse, juste parce qu’ils comprenaient qu’il ne sert à rien de jouer aux billes quand on n’a pas. Juste refuser d’être le spectateur impuissant d’un jeu de boules idiot, où l’on voit s’enrichir les plus malins et les plus forts au détriment des plus faibles et des plus naïfs. Je me souviens dans la cour de récrée, d’un malin justement qui baladait son matériel, une planche en bois, crénelée, qu’il posait sur le sol, à chaque échancrure un chiffre correspondant au nombre de billes qui seraient gagnées par le joueur habile qui parviendrait d’une pichenette à cinq ou sept pas selon la mise, à rouler la petite sphère en terre ou en verre dans le trou...Je me souviens comme par hasard de l’échec absolu des candidats au chiffre le plus élevé...normal, le trou était légèrement plus étroit que le diamètre des billes...en verre qui elles, en principe, doublaient le gain. Je me souviens de la petite émeute qui en résultat un jour que la supercherie fut démasquée et dénoncée, je me souviens des coups de pieds dans les cartables, les crachats, les baffes, les claques et les coups de lattes, et je me souviens de l’indignation du maitre...la violence est inadmissible. C’est vrai. Mais une question reste en suspens, que dire de celle qui la suscite ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article