Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

La combinaison gagnante


Je l’ai dans l’os avec mon cumulus diabolus, à chaque fois que je l’ai vu, il pleut comme ciel qui pisse. Pas un chat dehors, pas un pèlerin non plus, il tombe des cordes. Cerné par un rideau de pluie qu’apporte le marin, le vent d’ici. Suis pas peu fier d’abord que ce soit un collègue maritime qui arrose tout ce monde paysan. Allez, les pesticides et tous les merdicides, lessivés, à la rivière... Cerné à la radio aussi par la peste ou bien la grippe porcine qui se « transmet d’homme à homme » précise le radiologique, pas nécessaire d'embrasser un cochon ou d'enlacer une cochone et puis qu’il enchaine toujours sur les nageurs qui nagent dans leur slip, çà conteste, çà vitupère, çà chauffe dans les combis. Vu comme il pleut ici si je la mettais la combi, je pourrais être champion du monde de course sous la pluie, comme çà mes concurents y z'auraient l'air cons avec leurs parapluies. Qu’ils lavent leur linge sale en famille, je m’en fous je tiens le sport pour concon, semblable en tous points aux valeurs de nos sociétés, gloire au premier, compétition, revente de combinaison gagnante, trucs et combine, mise en exergue du dépassement de soi à toutes fin de dépasser les autres.  Ce matin sur la radio, un chirurgien en neurologie expliquait :

«  quand vous voyez un médecin courir dans les couloirs de l’hôpital c’est un neurologue...à chaque minute qui passe sans intervention, le patient perd des millions de neurones... » C’est peut être se qui se passe dans les gradins, quand un nageur s’ébroue, des millions de neurones se volatilisent autour.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

Gwendal 26/04/2009 10:55

Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Ici aussi il pleut. De la belle flotte bien mouillée qui envoie toutes nos merdes dans la grande bleue pour qu’elles soient bouffées par les poissons… Auxquels veulent ressembler tant de nageurs. Paradoxe. Pourquoi les hommes pour arriver à battre d’autres hommes doivent-ils se déguiser en poisson ? Peuvent pas être simplement des hommes ? Ou bien, c’est qu’ils ont trop la honte de se faire bananer par des poissons ? Et si les neurologues ne courent pas assez vite, c’est pour éviter que les malades deviennent comme un poisson ? Pourquoi ils n’opèrent pas des nageurs alors ? Ils gagneraient une couronne d’algues…
Bouh ! C’est peut-être un peu compliqué pour un dimanche… Non ?