Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Les élections vues de la campagne et réciproquement


Y’a des jours c’est comme çà, c’est la foire aux tartignoles, aux jambes de bois, aux bras cassés et aux moignons  repliés sous la chemise, aux faux borgnes, aux vrais aveugles, aux nombrils crasseux et aux égos violacés et turgescents. Qu’on les secoue. C’est comme çà, quand j’ai reçu encore dans ma boite à mail une profession de mauvaise foi d’un candidat bileux qui non content d’avoir arrosé les murs de sa merde se réclame de la paix et de la concorde. C’est dingue, la merde, plus on en met sur les murs, plus on est surs qu’il en restera, c’est un axiome je me doute de la campagne en campagne. C’est qu’on vote ici, dans ce petit pays, juste avant qu’one vote en Europe. Mais qu’à cela ne tienne, la langue de bois officielle des grands et le fielleux qui  est à la politique ce que le patois est aux langues vivantes, vont bon train, sans complexe par rapports à la cour des grands. Mêmes artifices, mêmes diversions, mêmes accents de sincérité enveloppés dans le sirupeux, mêmes intentions désintéressées sur tout ce qui n’est pas du pouvoir convoité ; seule différence, le programme...là, pas de mensonge, pas de dérobade, le grand vide intersidéral qui donne à la passion des soirées électorales, un je ne sais quoi de primesautier à tendance chasse pêche nature et Monsanto arrosé d’un vinaigre millésimé mais trois étoiles. Bon, je devrais me présenter et comme eux déclamer : « si vous n’avez besoin de rien, élisez moi et je serai votre élu, à mon petit air bête et affable, ni de droite, ni de gauche, genre je traverse sans regarder, je sais prendre des risques moi, vous reconnaitrez quelqu’un d’entre vous, sans ambition ni originalité, mais honnête et respectueux de mon programme, être élu. Peut être çà et là ferais je apposer contre les murs quelques couvercles en alu, qu’en semaine on pourra garnir d’un sac en plastique biodégradable où le dimanche le pékin moyen en mal d’inspiration et au prépuce mou pourra glisser sa tête et se faire greffer un cerveau contre dix tickets de pizzas.

 Voilà, vive moi, vive le village, vive la paix et la concorde après que j’ai foutu la merde et qu’on aura voté pour moi, amen, des pesticides, des ronds points et du saint esprit à volonté.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article