Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

C'est samedi et c'est l'heure du journal d'un con*


* nouvelle série Hebdo

Seigneur, toi qui créa toutes choses, tu as aussi crée les cons. Et d’ailleurs tu me fis, aussi. Début d’une prière, celle qui me vient à l’esprit, assis, comme un con. Je comprends à son énoncé le pourquoi de la surprise des culs bénis dont jadis j’ai partagé toujours à ma grande surprise aujourd’hui, la vie de  lâcher prise et de moulinets en gesticulations,  favorisant l’onanisme incantatoire et cervical tels que pratiquent les cénobites tranquilles. J’ai tout essayé, du moins je crois à peu près tout. De la marine qu’on appelle  la Royale comme la grande pizza, le couscous ou la candidate présidentielle, à la ferme chimique, puis écologique, l’élevage et la traite des montbéliardes,  les toilettes sèches et le regard humide devant la vallée de la Dourbie aux aurores larzaciennes, le maraichage biologique, la boulangerie, la guitare à Dadi et le piano japonais, au feu de bois au levain et à la main, à la vie communautaire et non violente, ce qui reste pour moi un phénoménal oxymore, au triste sort du jardinier poète et sous payé d’une grande claque dans le dos synomyme de fraternité nature et progrès, à l’ouvrier boulanger, puis au stade à son compte qu’il se régla lui-même à grands coups de cotisations dans la gueule, à l’ouvrier besogneux parcourant anté et post turbain ses quinze bornes à vélo, déprimé à l’aller en danseuse au retour, à la maçonnerie pour le compte du bobo parisien qui t’envie ta qualité de vie quoique qu’il la trouve un peu chère, et rognant de ce fait ta rétribution de tacheron, on m’a vu également au balladeur écoutant feu Bashung, en tête de gondole chez les mousquetaires champion des bas salaires, rangeant en bon ordre dans ses rayons les brandades de morues et les maquereaux au vin blanc, éducateur pour sauvageons, perchman primesautier en station et à skis, vendeur grimé de poteries au gré des foires médiévales, chauffeur particulier pour vieil irascible et pré sénile, donneurs de leçons en cours particuliers, plombier, électricien, pataphysicien  presque sans rire  et puis dans un sursaut d’honneur  en retour à la mer, bénévole dans un club pour enfants gâtés, skipper pour rupins pingres et vulgaires, marin faire valoir pour la paixverte, et puis petit reporter dans le déferlement inopiné du oueb, perdu comme la bitte d’un nain de jardin dans le cul d’un pachyderme, comme un stylo dans le cirque de Navacelles, comme un petit bateau en papier sur les flots d’un oued de Ouarzazate. Ah Ouarzazate et mourir.

Je suis donc allé sur mon banc. Il ne s’est rien passé et du haut de ce siège « allez frères » sous le pommier d’Eve, je me suis gratté les couilles et la pomme d’Adam. Il ne s’est rien passé, donc. La méditation ne mignotant que l’ego et celui qui se tripote le nombril tel le bloggeur patenté, c’était à prévoir, il ne s’est rien passé, je le répète encore. D’ailleurs je l’avais prévu. A moins qu’un Airbus, ou une météorite, une escouade du GIGN, tapie dans l’herbe et me traquant, renseignée par quelque appariteur villageois atrabilaire et électoralement déçu par un gang de crypto gauchistes ou bien qu’une merde de pigeon me chut sur la gueule, tout concourait à faire de ce moment, un non évènement,  c'est-à-dire, digne à lui tout seul d’un «  Le téléphone sonne » émission qui ne sert à rien et que j’écoute avec la même avidité qu’Ed Wood regarderait l’inspecteur Derrick S’il l’avait connu. Bien sûr, j’ai pensé, une guêpe ou un frelon aurait pu me piquer et me transporter ad pâtres vu que je suis allergique, en plus d’ à les cons, à la piqure de ces insectes en tricots rayés ce qui me renvoie à la triste condition du Marcel fragile, lointain tonton de « Pascal Brutal » dont je recommande la BD. Mais je digresse, et donc rien, sur mon banc dont je suis revenu sain et sauf et sans idée nouvelle, ce qui pour un être humain, le range dans la case inoffensif quoique un peu stupide et je suis revenu écouter le Stéphane Paoli du weekend en buvant mon bol de noir tel le bidochon convié à un diner de cons.

Suite des obserélucubrations autour de mon banc, samedi prochain à la même heure.

Je vous embrasse pas, j’ai des traces de beurre demisel ( estampillé  de tradition catholique et de cholesthérol) et de café sur la gueule.

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

André 09/06/2009 15:45

Tu étais passager dans la soute d'un Airbus?

philippe 07/06/2009 10:33

je ne m'y suis pas tant perdu du moins y ai je passé des heures à r^ver tel une chanson de Bécaud à Marie, au corps de Marie, aux seins de Marie aux yeux de Marie...louise....qu'est ce que j'ai pu être amoureux, finalement quand j'y pense au moment où il faudra tout résumer avant de touner définitivement la page ce fut ma principale occupation sur terre, "le reste...je m'en fous "

Gwendal 06/06/2009 17:16

Ca t'apprendra à fréquenter des lieux de perdition... Bien fait pour toi !