Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Ils ont changé ma radio....

Samedi 5 septembre, je me lève aux aurores, et puis d’un geste machinal j’allume la radio. France Inter depuis des lustres, depuis l’enfance peut être. J’ai bien remarqué, depuis un certain temps, comme dans un vieux couple, comme dans une chanson d’Aznavour, genre « tu t’négliges... » oui  y'a comme un truc qui ne va plus...oui mais on s’y fait, on a un peu mal au cul mais on s'habitue et puis moi aussi surement j’ai mes tords, y a pas de divorce en noir et blanc. Quand on se sépare, il fait 5 degrés, le temps est gris et il pleut. Bon, bien sûr, Je suis allé voir ailleurs parfois, tu t'en doutes, mais jamais longtemps, la pub j’aime pas, la vulgarité non plus, c’est insupportable, le son de ces radios qu’on appelait avec morgue pourtant, les radios périphériques...Trop populistes, trop racoleuses alors je restais avec ma France inter, et Villers et Bouteiller et ceux qui suivirent...Puis je ne sais pas, une sorte de désamour, un ton qui change imperceptiblement, jour après jour, toujours quelques bonnes émissions ci et là mais marginalisées, parfois mises en exergue, comme l’humoriste du jour  en sorte de bonne conscience de la chaîne, style « vous avez entendu ? nous sommes toujours impertinents... » mais à force de le déclamer et de dérouler en photo au donjon de son chateau un portrait géant jusqu’à la démesure digne d'une dictature grotesque affichantt au bon peuple son Joker, on finit par faire douter...Alors voilà, ma radio, enfin ma...tu m’excuseras, je crois bien qu’il reste un peu d’amour possessif dans tout çà...  « je suis venu te dire que je m’en vais... » C’est plus fort que moi. Ce n’est pas comme le jour où je suis allé à la décharge, au tri sélectif et que j’y ai apporté mon téléviseur, avec bonheur, empreint d'une fraicheur presque naïve tant elle se voulait militante. Non, là, ce n’est pas de gaité de cœur et c’est un peu à la manière d’un mec qui s’en va, un peu lâche, un peu coupable, un peu con, un peu « peu » très peu même...Ce matin quand j’ai allumé ma radio, y’avait Stéphane...Je peux plus, ce ton suffisant pour dire si peu, avec autant de « pardonnez moi », pardonne moi Stéphane mais tu m'emmerdes...tu vois ce sentiment qu’il faut parler au peuple, ou pire en son nom, ce mal comprenant de peuple et qu’il faut s’adresser à lui avec condescendance et pédagogie à ce bidochons bac moins trois du matin, qui nage et plonge son regard dans le pt’it noir où y’a les yeux d’une crème de beurre qui forment une auréole à force d’avoir trempé la tartine...oui, le petit peuple trempe la tartine comme il se mouille et s'attendrit le coeur avant qu'on lui écrase la geule toute la journée...et ce n’est pas là son moindre défaut...il trempe tellement qu’il reste parfois submergé pendant des années par la connerie ambiante, par le désir inconscient sans doute de ceux qui causent dans le poste de lui transmettre cette façon qu’ont les élites d’enconnarder le monde en lui expliquant comment il ne tourne pas bien et pourquoi c’est bien de continuer à travailler pour que le monde ne tourne pas bien, pour qu'ils puissent continuer à en parler comme on leur apprit..alors c’est tout con je suis parti ailleurs. En fait, c’est là que je suis lâche, je ne te l’avais pas dit...J’y suis déjà allé, de temps en temps, je t’ai trompée...Oui, j’ai fait çà, je suis allé sur France Cul, je lui ai caressé la croupe, oui. Des fois je me suis dit, elle n’est pas pour moi...Et puis c’est venu petit à petit, un peu de tendresse, comme tu sais faire aussi, mais quand elle me parle, tu vois, elle ne me prend pas pour un con, un beauf, un bidochon, ou du moins elle fait mine , enfin ya la manière. Enfin, je dois bien l’avouer, des fois, je ne comprends pas tout, mais du coup quand je suis seul, je réfléchis à ce qu’elle m’a dit...j' achète un livre, je réfléchis...tu te rends compte ? Réfléchir c’est commencer à désobéir, m’avait on dit dans ma jeunesse...Alors, tu vas me dire et t’auras raison peut être...çà te passera, après le grand amour... et puis tu découvriras ses défauts...Oui sans doute...mais jamais plus je ne serai captif, je partirai....  « demain à l’aube ».... Ce matin sur France Cul, y’avait Teddy Goldsmith, une rediff de 2001...Cet été, sur cette même chaine, pendant mon périple, j'ai entendu cette phrase qui à la fois m'a bouleversé et réconcilié avec moi même, une citation de Bergson: " ...être libre, c'est accomplir une oeuvre qui nous ressemble..."

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

lucifer 08/09/2009 20:41

ben ... moi aussi je suis fidèle à FR.Cul. depuis toujours .parce que ... c'est là qu'il y a des ..... silences  !une radio où il y a des blancs ... des silences ...parce que les gens qui causent dans ce poste, ils ne récitent pas a la vitesse de la mitraillette ;ils prennent le temps de chercher ce qu'ils vont dire ...même si j'enrage parfois, et si je muse ailleurs , j'suis fidèle !

philippe 07/09/2009 09:23

oui ce sentiment là çà avait commencé après deux mois passés au large de l'Afrique de de L'ouest en écoutant RFI..."c'est curieux ce besoin qu'ont les français à faire des phrases..."

mobensim 05/09/2009 22:38

Putain, Philippe !! Moi aussi amoureuse de cette radio depuis ...mon enfance ? ça fait des mois que je fais l'autruche, à lui trouver des excuses, à me dire que c'est moi qui paranoïe..et puis , là , toi, tu m'achèves...tu m'éparpilles façon puzzle...tu me balances ma lâcheté en plein dans la poire...c'est vrai que moi aussi, je tardais à l'allumer depuis quelques matins, je la coupais plus souvent alors que jadis, elle tournait en boucle, la france inter des "flagrants délires, des josé arthur, des anne gaillard..."Puis elle a commencé à me paraître moins excitante..et là, depuis , tiens , depuis le départ de Guillon...reste plus que Mermet qui m'arrête le temps entre 15 et 16.Alors, comme ça fait un bail que je ne suis pas restée planter  devant un magasin 45 mn dans la bagnole pour écouter la fin d'une émission, je me dis que je devrais aussi demander le divorce...si je n'étais pas si fidèle...si je n'étais pas si culpabiisée à l'idée d'abandonner ma famille culturelle...si je n'avais pas peur de tourner ( encore ! ) une page...Demain, promis, je l'allume pas ! Et je pars ( dé) chanter sur d'autres ondes !!!

Gwendal 05/09/2009 11:07

Wahou... Celle-là, mon cher Philippe, tu devrais l'envoyer à Philippe Val !Et pourquoi pas d'ailleurs ? hein ? Chiche !