Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Ascension droite ( calcul maritime)

07124846.jpgAttention, Ascension…je fais gaffe. En ce jour, Otis le dieu des ascenseurs est à l’honneur. Les liftiers, les grooms en panoplie et au chapeau camembert, les chasseurs d’hôtel, tous les encenseurs sont là qui déjà secouent leurs chaines aux extrémités enfumées tandis que s’exhale le parfum du genévrier à travers les oraisons de ceux qui nous enjoignent de croire. C’est là que le bas blesse. Croire. C’est ce que demande la religion, croire. A celui que l’injonction laisse indifférent, l’anathème lui promet la géhenne. Problème, c’est le cas des religions qui proclament qu’elles seules possèdent la vérité. Il faut donc choisir la bonne vérité et se dépêcher puisque le feu nous est promis. Problème, choisir c’est éliminer et c’est donc retrouver l’imprécation de toutes celles qu’on aura délaissées au profit d’un choix mystérieux qui nous fit croire à plus blanc que blanc. C’est donc encore la malédiction qui nous course et la promesse à l’infidèle, au mécréant, à l’apostat, à l’ignorant de se retrouver illico le trépas franchit vers les foyers de l’enfer qui, moindre mais non négligeable consolation lui éviteront de s’emmerder pour l’éternité avec les tronches de premier de la classe, les jansénistes, les puritains, les barbus de tous poils, les footballeurs qui font leurs prières au corner et tous les braves gens qui vouent aux gémonies tout esprit libertin ou simplement ouvert…

Au fond du jardin, ce matin, sous la frondaison,  je voyais le pré d’à côté où assurément l’herbe est plus verte, d’un vert tel que seul le mois de mai sait faire et le sentiment ondulait comme la brise sur les graminées frôlées par la grâce, assurément, s’Il existe,  que ce souffle Le révèle, léger, enivrant, loin des pissefroids et autres vinaigres, tout près à caresser mon être, tandis que certains de ses adorateurs et autres radoteurs me rosseraient bien ou m’encorderaient à leur aise. Ce matin Georges était dans le pré et me fit un clin d’œil, tandis que tirant les oreilles de Clovis sur les herbes, j’ai pissé.  

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

philippe 16/05/2010 19:26



Oui les amis...s'il existe quelque intelligence qui transcende la nasse je doute qu'elle se confine dans l'idéal projeté d'un cerveau étroit mais...argant que le pire s'il n'est pas sûr reste
possible, préparons nous en cueillant  et partageant çà et là quelques brins de bonheur qui nous sont offerts en attendant quelque divine surprise.



Yola 16/05/2010 17:46



Vu ce que je connais de la religion catholique, je suis assez d'accord avec toi: le paradis ça fait pas envie…



Francky 14/05/2010 09:13



Excellent, Philippe !


Un plaisir de te lire !



mobensim 14/05/2010 01:19



Pisser dans l'herbe verte et humide du matin, en se jouant du courant d'air..


ça c'est un credo que j'aime !


clin d'oeil.