Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Chaleur, suite (4)

112.JPGBonhomme s'étire à son bureau. Il repense aux étoiles qu'il a contemplées la nuit dernière. C'est drôle là haut, c'est que c'est grand, au moins comme çà. Il regarde le tiroir ouvert à côté, son ciel à lui, y'a des élastiques, des vieilles cartes de visite de gens qu'il ne visitera jamais, des paquets de tabac recelant quelques miettes sèches et des feuilles au cas où y'en a plus. C'est tout petit son trésor, à côté du ciel étoilé. C'est pas un p'tit tiroir qui dit, Bonhomme, c'est au moins une grande armoire là Haut. Il pense, la moitie de l'humanité n'a plus accès au ciel, condamnée sous la lumière des villes à ne regarder que ses pieds. Fini, plus d'éternité, plus de liberté, encore moins que dans son tiroir où ya aussi des trombones pour se gratter les oreilles, et puis çà change la vision des choses quand tu as le regard horizontal, tu deviens un citoyen, un quidam qui suit le troupeau sans te demander à quoi çà rime de marcher en rond autour de la terre sans voir qu'au dessus c'est sans limites, là, tu deviens limité forcément, forcément qu'il se répète, forcément encore une fois. Il regarde à gauche, la fenêtre a bougé, y' a quelque chose, quelque chose d'autre qu'un courant d'air, il en est sur. Le pépoil sur les bras se redresse et la chair de poule frise. C'est un sensible Bonhomme, et il sent bien que c'est là, à coté, posé sur le sol, un truc, ya comme un truc. Il ne se lève pas. La dernière fois qu'il s'est levé pour voir, c'est parti sans dire ouf, et voilà....

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

monique 04/08/2011 01:24



Tu parles d'une chaleur !!!


Depuis ton départ, ça s'est rafraichi !



Yola 16/07/2011 13:53



C'est un sensible, Bonhomme, et c'est précieux ces gens-là!



Bourreau fais ton office 15/07/2011 14:18



L'infiniment grand, oui, mais l'infiniment petit, alors ? et les amibes du caniveau ?



monique 14/07/2011 21:15



Marcher en regardant les étoiles, au risque de se prendre un rateau, c'est plus jouissif que de regarder droit devant, Bonhomme !


Et puis, on a beau regarder ensemble dans la même direction, on ne voit pas les même choses...