Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Du noir

02122512.jpgJe déambulais dans les rues d’Alès à l’heure du déjeuner. Il faisait froid et gris. Ce froid qui rend l’odeur de friture plus grasse encore. Ce froid qui se délecte dans la grillade suintante et carbonée. Je regardais aux tables les jeunes qui mangeaient entre deux cours. Certains grelottaient en fumant tandis d’autres mordaient à pleine dents un sandwich au frittes. Un coca, un sandwich aux frittes, pour 4 euros peut être. Mais ce qui me frappait encore plus au-delà de la mine plutôt triste à toutes les tables, au delà des toux et au-delà de tout, c’était l’uniformité. A quelques exceptions notoires, il y avait une moitié habillée en noir, un quart en gris et un autre quart entre blanc, gris et noir. Je recollais immédiatement cette observation à celle que j’avais faite sur les routes de France au mois de décembre, à quelques exceptions notoires pour quelques rares bagnoles, rouges, bleues ou jaunes, du noir, du gris et du blanc. Vivement le retour du printemps dans les têtes, les chemises à fleurs et les pots de yaourt sur les routes de campagnes.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

mobensim 08/02/2010 00:32


Ciel ! Mes seins s'en gonflent déjà !!


Blanchemanche 06/02/2010 14:00


On se louera un autobus à impériale!


philippe 06/02/2010 11:36


Emmène moi André pour cette orgie de frittes sauvages, les vraies et pour l'ivresse à la bière catholique dont Julos Beaucarne disait qu'elle était comme les seins des femmes des montgolfières pour
élever l'âme des hommes...Momo tu peux venir aussi


Blanchemanche 05/02/2010 14:43


Pardon...... Je dégénère dans l'ambiance oalavasienne, d'où ma confusion entre flamant et flamand......


Blanchemanche 05/02/2010 14:41


L'ardennais, le carolopolitain, donc quasiment belgien, s'indigne de ton assimilation entre les froidures et les odeurs rances de friture à l'alésienne. Outre Quiévrain, par tous les temps, les
fritures sentaient bon la friture. la vraie de vraie. Pour de vraies frites dont je m'enpiffrais. A Namur, à Bruxelles, et même en pays flamant. Et même que je retournerai là-haut, un jour, juste
avant ma mort, pour m'en faire une orgie que j'accompagnerai de vraies bières d'abbayes.