Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Feuilleton à la con

J’avais peur. L’Irlande s’enfonce dans la crise.  Elle qui a pourtant l’habitude des coups de vent puisque entourée de mers difficiles, la voilà qui tangue dangereusement sous les coups de boutoir  des lames de fond financiers. Mais rien, rien sur ma boite mail, pas d’alerte, pas de pétition pour sauver l’Irlande. Enfin quoi, c’était la déroute ou bien ? Amarré sur le même ponton, le Portugal allait il connaître le même sort ? Les grosses pinasses  espagnoles et autres birèmes anglaises, françaises allaient elles à leur tour être entraînées dans ces remous infernaux et couler comme les vulgaires tonneaux remplis de déchets radioactifs jetés naguère dans le Golf de Gascogne…pourquoi je dis çà moi , c’est pas le sujet?  Couler à pic entraîné par sa consoeur de galère ? Mare à la fin de ce suspens haletant, tous les matins aux informations, en slip au bout au bout de la table, après le choléra à Haïti, l’attentat de Karachi et le grand remaniement et le courage Fillon, voici le feuilleton de la crise, saison trois. Ah, enfin ce matin, des prémices de solution, un début au préliminaire de commencement de dénouement après le climax, pour calmer le jeu, arrive de toutes part de la tune,  de la tune un max. C’est une mauvaise rime, pour un mauvais ver...mais pour un feuilleton à la con çà va bien. Ya toujours le même truc qui ne va dans les mauvais scénarios de cette série. D’où vient la tune ? Pas des banques qui sont à l’origine de cette foutue crise avec leurs produits toxiques, mais alors d’où ? Vu le niveau de la série, du genre à s’intercaler entre les jeux télévisés bien nazes et un journal Tv en charentaises avec un type bien coiffé, on s’attendrait à voir s’élancer, le magicien de Nounours balancer des sacs de billets du haut de son nuage, comme simple explication. Ben non, elle est arrivée comme çà,  du lointain, enfin d’un endroit improbable au milieu d’un pays imaginaire qui s’appelle l’Europe, ou bien encore de plus loin au milieu de la terre, un endroit secret où il y aurait des tas de trésors, comme dans « Pirates », et yop, on écrit vite vite une fin, pour dire qu’il y un héros comme çà qui y est allé, et a filé la tune à L’Irlande et à ses banques.  Le café est froid et puis j'ai pas mis de sucre. J’éteinds.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

Yola 20/11/2010 15:38



Une mauvaise série, et toujours le même scénario: «faire payer les petits…»



lucifer 20/11/2010 15:19



"d'où vient la tune ?"



la bonne question !


Si un jour t'as la vraie réponse, ne la garde pas que pour toi!


En attendant, avec le café , faut changer de radio .!



mobensim 19/11/2010 22:39



Quand ç va mal, l'irlandais prend le large. nomal pour un peuple de marins.


 


"En un an, d'avril 2009 à avril 2010, 65 100 personnes ont quitté l'île tandis que seulement 30 800 personnes s'y sont installées."


.."La police irlandaise récupère de plus en plus souvent des voitures abandonnées sur les parkings aux alentours de l'aéroport de Dublin."


Et les petits payent !