Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Feuilleton D'automne, qui pourrait bien prendre ses quartiers d'hiver...

 21144231.jpgLes Margoules 8ème épisode, saison d'automne, et c'est long l'automne...

 

De l'autre côté du pont qui enjambe la rivière, dans l'autre bar, qui lui reste ouvert...


Assis en face de Millton et s’apprêtant à distribuer le jeu, Edouard ironise :

- Tiens, c’est délicat comme expression : « une cèbe qui se meut ». Quant à toi Armand, te considérer comme un oignon sur pattes qui se dandine... ! »

Il pouffe avant de se marrer franchement. Armand grommelle.

Régis :

-Armand, tu roumègues ?

-Je ne vous adresse plus la parole, je vous ignore ! 

Edouard sourit. Il affiche la soixantaine, avec une certaine élégance. Ce parisien tout en arrondissement d’origine, est retraité de l’administration des finances.  Lunettes à montures plaquées or, il porte un polo bleu imprimé du petit monstre vert. Il est estampillé des mêmes armoiries que bien des jeunes dont il fustige l’allégeance aux seigneurs de la consommation. Flegmatique, il réunit  deux paquets de cartes, sans les regarder. Avec la bouche en cul de poule, il chasse devant lui l’air empuanti de tabac. Il distribue avec maestria. Les cartes s’envolent. Elles partent une à une, éjectées par des doigts lisses et aux couronnes d’ongles impeccables. Balancées comme des cibles au bal trappe, elles atterrissent en surfant sur le tapis vert, devant chaque joueur bluffé par son art.

Cicis bien qu'ayant le coeur à gauche est l'éternel pilier droit du comptoir. Roi du monologue, le nez piqué dans sa bière, éructe comme toujours avec un temps de retard : 

« -Paradoxe ! Eh ben moi j’dis, c’est un paradoxe ! C’est Pourtant un produit de terroir, une appellation d’origine contrôlée. Ah ouais ! »

La cendre de sa blonde, seule compagne jusqu’ici suspendue à ses lèvres, tombe dans son demi. Il y trempe un doigt pour tenter de la récupérer. Sans succès. Arrosant le comptoir, il secoue la mousse dans le cendrier.

André affligé :

« - Tu donnes le cancer à ta bière et tu pourris mon cendrier, et je te signale qu’on ne fume plus dans mon bar ! »

Cicis se frotte la main sur le pantalon. Il se tourne à moitié. De profil à la salle, le doigt qui brassait sa bière se dresse en l’air. Il professe :

 

 - Le cancer de la société, c’est le racisme ! Margoule, c’est comme çà que vous désignez dans le coin, depuis la première vague du retour à la terre, l’oiseau de passage. 

Milton :- En Gironde, c’est la palombe, qui effectue aussi des brusques retours à la terre. Mais c’est plus violent quoi.

Edouard :- Soyons clairs, le substantif Margoule stigmatise tout nouveau venu sans qu’on l’ait requis. 

 Cicis rote. André  essuyant le comptoir, lève les yeux au plafond. Les trois autres attablés baissent la tête. Un client de passage, moustache V.R.P, tel l'espion bulgare sorti d'un polar de De Villiers,

 fait brusquement surface de son « Midi Libre ». Cicis poursuit, l’air de plus en plus docte :

 - Comme exemple... 

Il voit au dehors Astrid,  pasteur du village, sortant du temple...

 -oui comme exemple, en d’autres temps, Marie et Joseph furent de célèbres margoules. Depuis, tout le monde, un jour ou l’autre, a revêtu l’admirable parure du Margoule ... encore plus forts que Salomon dans toute sa splendeur. Seigneur, même habillé en couleurs, elle n’est pas facile la vie de l’oiseau migrateur... 

Il fait mine de s’envoler et marque une pose. Il avale une lampée de son jus à base de cendre et de bière, grimace et continue :

- De là, naquit peut être une inquiétude entourée de plumes. Imaginons, je n’ sais pas moi, un reliquat d’appréhension à l’évocation de ce souvenir... confus. Pas moins de deux millénaires, çà fait  bail. Il lâche un deuxième rototo.

La salle gronde. Il s’énerve :

-Eructation spontanée n’est pas signe de mauvaise éducation mais d’embarras gastrique.

Rires...

L’index pointé sur André et fier de lui, il poursuit :

- Il était une fois..., un soir, très tard... un hôtelier, peu empressé d’accueillir une femme prête d’accoucher.

Les autres :

 - hou !

Cicis, avec un accent très gaullien :

- Du calme Messieurs ! Eh oui, cette femme était pourtant harassée, exténuée, fatiguée, lessivée par les douleurs et bientôt submergée par des mouvements mécaniques supérieurs en nombre ! Mais bientôt debout !... libérée !... par elle-même !...et avec le concours des anges et de l’âne et du bœuf !

La salle :

- Arrêtez le, donnez lui à boire, qu’il se taise !

Il continue sous les railleries :

- Elle venait de vivre un éprouvant voyage à dos d’âne, petit 4x4 de l’époque

Les autres :

-Bravo ! 

Cicis :

-Taisez vous la piétaille, on n’est pas au salon de l’auto !  Présentée par son gentil mari de charpentier, elle n’a su pas tirer la moindre compassion de cet antique Thénardier. Nul doute, qu’en ce début de siècle, il se gavait trop de télé.

Il pointe maintenant les trois joueurs à table, l’air affecté :

- C’est comme vous, vous la regardez trop, la télé z’êtes, isostatiques !

 -in-tox-iqués!

 - Vos gueules, Comme vous, Juste après le jeu  qui veut des talents d’or, il buvait les infos sur l’insécurité, à la Fox news palatine.

 - Boudu ! Il est en grande forme, hey ! C’est quoi Fox news palatine ?

Cicis imperturbable :

 - Ne m’inteterromps pas. Je continue... Faut se dire qu’en ce temps là déjà, on prenait bien du plaisir à occire le « maillon faible » dans l’arène. La vox populi, toujours aussi douce et provoquée dans son bon goût, pouvait baisser le pouce pour 0,34 centimes de denier la minute. Comme vous tiens, vous êtes tous capable de tuer un âne à coups de figues molles ! A cette époque déjà, les routes n’étaient pas sures. Messieurs, l’inquiétude se sentait partout chez elle !

André :

 -tu nous inquiètes bien un peu aussi… A suivre tiens, je reprends une bière et j’écris la suite….

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

Yola 24/11/2013 12:55


L'évangile selon saint Philippe