Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

La chronique d'André Blanchemanche

Le marchand de passés" de José Eduardo AGUALUSA (Métailié). Le bouquiniste albinos fabrique de fausses biographies sous le regard d'un gecko qui se transforme en narrateur tandis qu'une jeune photographe explore elle aussi, mais à sa façon, le passé. Sauf qu'il n'est pas aisé d'inventer une généalogie à un étranger en quête d'une identité angolaise. Drôle, décapant, incisif, ce roman sur la mémoire a ravi le Lecteur (qui avait beaucoup aimé une oeuvre plus récente d'Agualusa, "Les femmes de mon père").

 

 

"Netherland" de Joseph O'NEILL (L'Olivier). Un irlandais (l'écrivain) qui s'insinue dans la peau d'un néerlandais d'abord exilé à Londres puis à New York. Le lien fédérateur? Le cricket. "Le cricket est instructif, Hans. Il a une dimension morale. Je le crois vraiment. Tous ceux qui y jouent en tirent bénéfice. Alors, moi, je dis, pourquoi pas les Américains?"  Le Lecteur n'a tiré que peu d'enseignements de ce roman et se considère comme trop âgé pour se lancer dans la pratique du cricket.

 

 

"A ma fenêtre" de Luc BONDY (Bourgois). Le Lecteur avait suivi de loin en loin la carrière du metteur en scène (théâtre et opéra). Il découvre l'écrivain. Un écrivain qui évoque, comme de bien entendu, l'univers du spectacle, mais qui le confine à ses marges. L'oeuvre si singulière, si prenante, rassemble les morceaux épars du passé du narrateur. Un puzzle inaccompli pour celui qui chemine vers la mort et que la mort obsède. "J'étais forcé de penser à tous les morts qui me tenaient à coeur. Ils n'étaient pas forcément nos parents, ni de vraies connaissances... ils étaient devenus proches sans que nous l'ayons remarqué. Soudain, lorsqu'ils meurent, ils brillent en nous..." Un style, une écriture, un souffle. Pouvait-il en être autrement avec Luc Bondy?

 

 

"La délicatesse" de David FOENKINOS (Gallimard). Le Lecteur fut bien souvent en délicatesse avec ce roman. Une histoire de deux amours. Un amour fusionnel contrarié par une camionnette qui confère à l'héroïne le rôle de veuve. Un amour impossible qui rapproche la veuve hiératique d'un grand dadais suédois. (Mais pas le moindre meuble Ikea en guise de décor....)

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article