Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

La chronique d'André Blanchemanche

 

"Maire Courage" d'Hélène MANDROUX (Au Diable Vauvert).

(En fait: une série d'entretiens de l'actuelle maire de Montpellier avec Jean KOUCHNER.)

Mais quelle mouche a donc piqué Pierre Serre, l'éminent directeur de la Gazouillette de Montpellier, pour que, dans l'édition du 28 octobre de l'hebdomadaire, il éreintât à ce point un livre qui bien évidemment ne fut pas programmé pour sortir le jour des obsèques de l'Imperator?

Au terme de son parcours, le Lecteur, lui, considère que le hasard ne fit point trop mal les choses. Puisque le livre en question n'est évidemment pas cette sorte de règlement de compte dont semble se délecter la Médiatouillerie. A moins que de l'observer par le petit bout de la lorgnette puis d'isoler les quelques phrases et paragraphes qui expriment les désillusions et les rancoeurs d'Hélène Mandroux à l'égard de l'Immense Bâtisseur.

Le Lecteur a lu. Ce qui est sa mission première. Au terme de sa découverte, ce qu'il considère comme, tout à la fois, l'épine dorsale et l'ossature du livre, est étranger aux médiocres calculs des tripatouilleurs. L'essentiel du propos, cette épine dorsale et cette ossature, s'articule autour d'une vision de l'action politique. La vision d'une femme qui ne fit pas carrière en politique. Avec ce qu'implique l'engagement de qui ne s'est pas inventé de plan de carrière en politique: la foi naïve, l'enthousiasme et donc la combativité, la démesure de l'espoir, le partage, la confiance dans l'autre, la volonté de changer le monde. Et c'est bien cet aspect-là qui confère tout son intérêt à "Maire Courage".

Les propos d'Hélène Mandroux sont en effet étrangers aux démonstrations conventionnelles qui caractérisent les productions "littéraires" (merci Pierre Serre!) des politiques institutionnalisés. Et puis, n'en déplaise à ses détracteurs, "la" maire de Montpellier n'est jamais aussi convaincante que lorsqu'elle évoque "sa" ville tout autant que celles et ceux qui y résident. Avec "sa" vision de sa fonction, la clarté de son propos sur le cumul des mandats, l'urgence de rendre aux citoyens le contrôle de ces structures étrangères au suffrage universel que sont les communautés d'agglomération.

Le Lecteur ne laissera toutefois pas dans l'ombre les points de ses désaccords avec Hélène Mandroux. Sur l'élection présidentielle, dont il considère qu'elle est le facteur aggravant du dépérissement de la démocratie. Sur la rénovation du parti socialiste qui ne peut déboucher que sur des programmes inconséquents tant que le dit parti n'aura pas engagé une réflexion approfondie sur le processus mortifère auquel conduit le capitalisme.

Au bout du compte, reste tout de même un livre utile, un livre respectable. Un livre dont la fraîcheur "naïve" (ah! ce cher Pierre Serre!) tranche avec la violence, le réalisme et le cynisme des "vrais" faiseurs de politique, individus en règle général fortement couillus et destinés à régner selon des modalités qui les installent au bas des marches des tréteaux sur lesquels trônent Falstaff, Ubu, Arturo Ui et consorts.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

mobensim 06/11/2010 00:30



En parlant de "couillus", cher André, va donc écouter cet autre auteur là :


 


http://www.dailymotion.com/video/xfij7j_vincent-cespedes_news