Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

La chronique d'André Blanchemanche

"Parure d'emprunt" de Paula FOX (Joëlle Losfeld). L'enfance et l'adolescence de Paula Fox. Une autobiographie. Réduite au stricte nécessaire. Epurée. Débarrassée des scories qui dénaturent trop souvent ce genre d'exercice. Paula Fox s'en tient à l'essentiel: narrer les tribulations de celle dont les parents n'ont pas voulu, qu'ils ne rencontrent qu'épisodiquement, qu'ils confient à d'autres. Du vieux pasteur qui fera naître le goût pour la littérature, en passant par la grand-mère qui lui fera découvrir Cuba. De l'Amérique profonde à New-York, de Los Angeles et Montréal, un cheminement qui éclaire l'oeuvre d'une romancière d'exception.

 

 

"Tarnac" de Richard MILLET (L'Arpenteur). L'histoire du critique qui jamais n'écrivit la moindre critique. Une réflexion sur l'art du paraître, art si commun au sein de la société du spectacle.

("Tarnac" n'a rien à voir avec l'affaire qui défraya la chronique. Tarnac, c'est le nom dont se dote celui qui est devenu la référence dans les milieux de l'art nouveau. Puisque Tarnac n'est rien d'autre que le village où naquit son père.)

 

 

"La reine des lectrices" de Alan BENNETT (Denoël). De l'humour anglais. Mais si typiquement (ou excessivement?)anglais qu'il n'a provoqué que de rares et insignifiants sourires chez le Lecteur. Qui s'est senti étranger à la reine des lectrices. Seules les deux premières pages surent provoquer une franche hilarité.

("Windsor accueillait ce soir-là un banquet d'apparat: le président de la République française s'était placé aux côtés de Sa Majesté tandis que la famille royale se regroupait derrière eux; la procession se mit en marche et rejoignit le salon Waterloo.

 - Maintenant que nous sommes en tête à tête, dit la reine en adressant des sourires de droite à gauche à l'imposante assemblée, je vais pouvoir vous poser les questions qui me tracassent au sujet de Jean Genet.

 - Ah... Oui, dit le président.

 La Marseillaise puis l'hymne britannique suspendirent durant quelques instants le déroulement des opérations, mais lorsqu'ils eurent rejoint leurs sièges, Sa Majesté se tourna vers le président et reprit:

 - Il était homosexuel et il a fait de la prison, mais était-ce vraiment un mauvais garçon? Ne pensez-vous pas qu'il avait un bon fond, au contraire? ajouta-t-elle en soulevant sa cuillère.

 N'ayant pas été briefé au sujet du dramaturge chauve, le président chercha désespérément des yeux sa ministre de la Culture, mais celle-ci était en grande conversation avec l'archevêque de Canterbury.

- Jean Genet, répéta la reine pour lui venir en aide. Vous le connaissez?

 - Bien sûr, répondit le président.

 - Il m'intéresse, dit la reine.

 - Vraiment?

 Le président reposa sa cuillère. La soirée promettait d'être longue.")

 

 

"Indignez-vous" de Stéphane HESSEL (Indigène Editions). Un fantastique autant qu'inattendu succès éditorial. De ce qui n'est pas vraiment un livre, mais un opuscule. Un opuscule qui contient sans le contraindre un cri. Celui que profère un vieil homme:Stéphane Hessel (dont la biographie ne sera pas résumée par le Lecteur, puisqu'elle figure dans tous les journaux.)

Le Lecteur, lui aussi, s'indigne. Le Lecteur s'indigne de ce qui indigne Stéphane Hessel. En gros: de tous les méfaits commis par le capitalisme, de toutes ses forfaitures. Sauf que Stéphane Hessel s'évite, lui, d'écrire ce mot-là, et a fortiori d'insister sur lui. Donc d'accuser les tenants du capitalisme. Donc de tourner contre eux sa si légitime indignation. L'ancien diplomate ne préconise rien d'autre que ce qu'il appelle "l'insurrection pacifique" afin de tenter d'inverser le cours de l'histoire. Dans un monde où la violence capitaliste exerce ses ravages, "l'insurrection pacifique" serait-elle en mesure d'apporter des solutions à la hauteur des enjeux? Le Lecteur en doute. L'angélisme et la naïveté lui semblent faire les affaires des charognards qui régentent le devenir de l'humanité avec le soutien de la quasi totalité de la société des politiques. Laquelle société, même lorsqu'elle se réclame de la gauche, a bien souvient jeté aux oubliettes l'observance du Bien Public.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article