Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Le 8 ème jour du mois...3ème....

 

5034763dd1b6d30127ce0765dfda29cc h
Avant ce combat, il y en eut un autre. Chiwawa Pearl lui apparaissait à l’autre bout du bar, à travers un halo de fumée. Les mecs s’empoignaient et les coups pleuvaient sur Blueberry. C’est moi Blueberry, c’est elle Chiwawa. Tout çà pour çà…

Plein la gueule, les bourre-pifs tombent comme la pluie dans une forêt équatoriale de Francis Hallé. J’en renvoie, des bons, des secs et des bien lourds. Fuir, fuir dans le tempo d’une chanson de Nougaro, s’en aller affolé et se perdre. Pas le temps les autres ont vu. Ils me rattrapent, m’agrippent. Je glisse. Je feinte, c’est du rugby sans ballon dans les bras, juste un cœur en ovalie, une savonnette sans intérêt. Je tombe. Ils m’écrasent. Je me débats, repousse, rue, frappe, et là les coups dégringolent. Ils décuplent ma force, ma rage, mon amour. Et çà pleut, et je pleure et je gueule et ils crient, ta gueule Doudou, tu fais chier, reste avec nous, putain de lutin.

Je me réveille. Je suis seul dans un boxe. Boxe, boxe boxe...J’entends de l’autre côté de la porte, les infirmières, les aides  soignantes. Une femme magnifique rentre. Noire, belle, c’est au moins le médecin chef, non c’est Calypso. Non c’est une aide soignante. Elle tape sur l’écran de l’ordinateur. Elle rentre les données, vous c’est…Ulysse, non, Blueberry…. ???, Le médecin arrive me dit elle et elle repart après m’avoir branché deux ou trois trucs qui vont sonder jusqu’au centre de la terre, mes secousses sismiques et ses répliques.

Un quart d’heure, puis le toubib rentre. Encore qu’elle est belle. Des poches sous ses yeux, comme des sacs remplis d’urgences. Et je repense à Chiwawa qui s’en fout.

Elle me pose un tas de questions. Elle balade le stéthoscope. Ca siffle qu’elle dit. Ouais, j’ai beaucoup fumé. Direction la radio. Putain de mal de dos. Re brancard, à travers les couloirs. Le type qui me pousse ne me regarde pas. J’ai l‘impression d’être un produit de Super U dans un caddy qui s’en va vers la caisse.  On revient, toujours les autres dans un état second, parqués sur des voies de garages, des vieux, des vielles, ahuris, perdus d’être là aujourd’hui. Un enfant, sa maman. Bonne année. Ouais, ta gueule bonne année, dans ton cul bonne année.

Le médecin revient, enfin la médecine. Elle, c’est Circée. Elle me dit de me foutre du persil dans les oreilles, ou bien de m’attacher au mât. Elle me dit qu’une assistante sociale va venir. Elle vient. Elle me répète trois fois qu’elle est assistante sociale. Je sais, j’ai compris. J’ai compris les trois fois. Une autre qui rentre, elle en blouse verte, me dit qu’elle a fait l’inventaire de mon sac. C’est l’inventaire de ma vie. Un paquet de tabac, trois têtes qui font rire, un couteau corse, des clés pas à moi, un agenda périmé que Chiwawa m’avait offert, un bonnet noir, des restes de médicaments, une fleur séchée, une lettre pas finie, une paire de chaussettes propres, une clémentine corse comme le couteau, une écharpe noire à pois blancs, un autre sac, un sac vert de l’armée suisse et du bordel dedans, des restes de la vie d’avant. Puis tout le monde s’en va. Une infirmière, un masque, un tuyau, de l’air, de la vapeur, des branchements, je m’endors. Putain de bar, Chiwawa t’es où ?

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article