Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

le lundi, c'est un jour de n'importe quoi

Je ne pourrais pas faire président. D’abord, est ce qu’il connaît çà le président, le tracassin ?

Moi j’ai le tracassin et le doute m’habite.  Nul doute que lui, y doit pas connaître. Ce matin je me dis je ne pourrais pas faire président. C’est tant mieux, voilà un métier qui m’échappe. C’est vrai quoi, dire des trucs tout le temps, sans savoir exactement quelles en seront les conséquences, c’est un métier difficile. Promettre, toujours promettre, l’inverse et son contraire, essaie un peu chez toi et tu vas voir. Essayer d’expliquer aux gens qu’aujourd’hui c’est pire et que demain çà ne va pas être facile. Expliquer aux gens que pour toi çà baigne et qu’ils doivent s’en réjouir. Non, y’a un point noir qui n’est pas clair. Ce n’est pas pour moi. Ya des jours comme çà, où il me passe de drôles de trucs dans la tête. Comme ce matin à la sous préfecture. Y savait pas le gars de la sous préfecture que je ne voulais pas être président. Pourtant y m'a bien fait sentir que pour lui c'est pas facile. Ya du boulot, et pis y manque des pièces. Manque toujours des pièces dans les dossiers. Ca je savais. Je le sais avant qu'il me dise qu'il manque des pièces. Alors je suis reparti, en me disant, je voudrais pas être à l'accueil de la sous préfecture. Tu es toujours obligé de dire aux gens qu'il manque des pièces. C'est un métier difficile aussi. Toujours vivre dans le manque qui baille devant le tracassin de celui qui sait qu'il manque quelque chose et qui pense qu'il voudrait pas être président. Le président, c'est celui  qui dit qu'il y a trop de monde pour dire aux autres qu'il manque quelque chose. Du coup tout le monde lui dit qu'il manque du monde. Bon,tu repars et puis tu te dis de toutes façon, elle ferme à 11 heures trente, sa boutique. Bon, t'es comme un con avec tes papiers orphelins d'autres qui manquent. T'es dans la rue, et tu croises des gens à qui il manque le sourire et qui te regardent avec ton air con de celui à qui il manque des papiers et  qu'il pense qu'il voudrait pas être président. Alors forcément tu finis par te dire que tout çà c'est un peu con. Y'a une terrasse, qui te tend les bras, et là tu te dis, une bière. Et ben voilà, quand t'es président, tu peux pas, comme çà, séance tenante t'assoire où tu veux et te dire ben les papiers, y z'attendront, que je sois président. p1010751.jpgEt comme je veux pas...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

Bourreau fais ton office 04/04/2011 13:30



Mais si, Sarkozy l'a fait : juste après son élection, hop, un p'tit coup de yacht à Bolloré ! sauf que moi j'attendais rien, il aurait pu y rester, sur son yacht à la con, j'aurais rien dit.