Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Les pieds humides

C'est ainsi qu'il pleut toujours. Plus de référendum. Au gris s'est succédé le gris, lui même. Gris comme un gilet que Thérèse offrit à Pierre qui n'avait plus rien pour descendre les poubelles. Pas plus gai, pas plus triste, mais sans les rayures bordeaux, égal à celui du dîner d'hier. La nuit fut mouvementée, jusque dans les moindres recoins de la montagne où le vent a porté tout ce qu'il fallait d'humidité. Parait que ma région est passée sur TF1, c'est tout ce qu'apportent les catastrophes. Après les voyages, la réclusion, au bout de la vallée, jusque dans le trou du cul du monde, alors ici quand çà pète, on se baisse et on attend. On attend que çà passe. Que font les grecs? Ils attendent peut être que çà passe, ou bien. Que fait donc Barak avec le petit Nicolas? Il joue à Laurel et Hardy, lui c'est le grand et l'autre c'est le petit. En attendant Godo et qu'une barque le porte sur une barque au fil de l'Hérault, lecture, le cul posé sur les trois tomes Millenium de Stieg Larsson, Capenoules de Francis Delabre avec une belle préface de Yolande Moreau,  et puis un film,  "Et maintenant on va où?" de Nadine Labaki, oui et maintenant on va où, hein? C'est pas qu'on s'indigne, mais on s'impatiente,  et on va finir par s'agacer. Pourquoi attendre encore pour voter? Voter mais pourquoi? Pour qui ? Pour mener une politique d'austérité a t on besoin d'une femme ou d'un homme politique? Il pleut jusque dans mes chaussures. J'ai vu grâce à Bertrand que je ne vois plus grâce à la vie qui est ainsi, un petit extrait de Desproges disant qu'il n'était pas démocrate, parce que c'était la loi du plus grand nombre, et à l'époque qu'il disait le plus grand nombre regardait Sabatier. Que regarde aujourd'hui le plus grand nombre?

Hier, après 19 heures, alors que la pluie redoublait, un bon moment cependant, sur France Cul, Sorj Chalendon et Vincent Lindon et c'était bon comme si j'étais avec deux bons potes que je m'inventais au bout d'un comptoir ou à table, une en bois, avec des bières, au chaud, tandis qu'il pleuvait dehors et qu'on pouvait encore fumer dedans.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

monique 05/11/2011 19:08



D'Ulysse à Robinson, il n'y a qu'un petit pas finalement à ne pas franchir sous peine de submersion.


Le pire, c'est quand même de ne pas pouvoir aller acheter son pain tout en restant connecté au reste du monde.



Yola 05/11/2011 17:46



Une bière, une clope et Sorj Chalendon, tu m'invites?