Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

lettre ouverte à Monsieur le Président du Conseil Général du Gard

 

Lettre ouverte à Monsieur le président du Conseil Général du Gard.

 

 

Monsieur le président,

 

Quand le petit bus jaune et flamboyant, aux couleurs du Conseil Général, arborant fièrement son petit drapeau 'Edgard' sur le toit est arrivé au bout du pont où je l'attendais avec ma fille, je me disais qu'on avait bien de la chance, à Valleraugue, dans ce petit coin perdu du haut Gard, de bénéficier de ce service de transport scolaire gratuit, grâce au travail du Conseil Général du Gard dont nous pouvons être fiers.

 

Le bus s'est arreté après sa marche arrière et puis en ouvrant la porte, tous les deux, avec ma petite fille, on a dit bonjour au chauffeur. Après nous avoir poliement répondu, il s'est retourné, puis il a dit à ma fille qui s'installait sur le fauteuil et mettait sa ceinture: 'aujourd'hui, tu seras toute seule dans le bus...tes copines n'ont plus le droit de le prendre, c'est ainsi. C'est en application d'une décision qui limite l'utilisation du transport scolaire gratuit à moins de 3 km de l'école...'

 

Bien sûr, vous ne manquerez pas de me faire remarquer qu'il s'agit là d'une interdiction toute relative, car, moyennement la modique somme de 15 euros par mois et par enfant, deux enfants, trente euros...il redevient possible à ses petits camarades de reprendre le bus qui est gratuit à plus de 3 km, et qui est payant à moins de 3 km.

 

Le bus qui vient donc jusqu'ici, en ce bout de ligne, situé à 3, 7 km, de l'école, grâce soit rendue au sept cent mètres, s'en retournera donc avec ma petite fille assise bien sagement toute seule dans le bus.

 

Bien sur, le petit garçon voisin qui habite donc avec ses parents dans le même hameau que nous part lui en voiture tous les matins avec sa maman, puisque d'une même logique, un règlement exclut de ce transport scolaire gratuit un enfant scolarisé en classe maternelle, et toc, qu'il patiente jusqu'au CéPé, avant, la messe a été dite en haut lieu, ce n'est pas vraiment de l'école. Je précise; monsieur le président que nous ne manquons jamais de nous saluer comme il convient, ma petite fille dont je suis fier qu'elle fréquente le CE1 et moi et la maman du petit garçon qui, pas de chance est encore à la maternelle, nous nous saluons dans la plus pure tradition républicaine et de bon aloi, à force de coucous et de revers de mains losrqu'ils passent devant nous en voiture et que nous attendons le bus Edgard, flambant neuf, jaune et orné du petit drapeau si joli.

Bien sûr on sent bien que quelque chose cloche dans le dispositif du règlement, ce qui accentue notre sourire crispé face à une situation aussi ubuesque, à savoir, les deux enfants vont à la même école, à la même heure, pour l'un le transport est gratuit, pour l'autre non... Qu'importe puisqu'ils seront ensemble dans le batiment de l'école primaire et publique qui porte sur son mur, à la peinture et en effigie, Liberté, Egalité, Fraternité, mais pas pour les maternelles et les Cépé et les autres classes.

 

Ma petite fille passera donc devant la maison de ses petites copines, située à 2,9 Km seulement de l'école. Elle passera en regardant ses petites copines et petits copains qui eux, la regarderont passer dans le bus où elle sera seule avec le chauffeur. Ils pourront méditer ainsi sur l'effet doplaire et autres avantages de la physique étudiée dès l'age de la maternelle. D'autres enfants situés sur le même parcours en resteront à faire de même et à regarder ma chère petite qui doit son privilège à quelques dizaines de mètres, tandis que papa ou maman tireront la manette du starter pour démarer la bagnole.

 

Songeons un seul instant à l'erreur funeste de nos infortunés voisins qui, s'ils avaient élus domicile et signé en bonne et due forme un bail dans le poulailler au fond de leur jardin au lieu d'habiter benoitement leur maison en location, auraient pu bénéficier, en gagnant quelques mètres précieux en amont, du transport scolaire gratuit pour leurs enfants.

 

Bien sur, je n'aurais pas l'outrecuidance d'insister sur l'aspect bien trop sentimentaliste et par là trop émotionel qui n'a rien à faire dans les colonnes comptables et rigoureuses qui consiste à déplorer la tristesse toute contenue de ma petite fille, seule dans le minibus et dans l'incompréhension partagée de ses petits camarades la voyant passer sans 'Edgard' pour eux.

 

Bien sur je n'aurai pas de reproches inconsidérés et mal venus à l'encontre du chauffeur qui intègre et hônnete s'en tient nous a t il dit au règlement. Le règlement c'est le règlement, lui règle sa conduite, vous les règlements. Bien sûr, je n'aurai pas d'observations sur le processus de réfléxion qui vous a amené jusqu'à cette décision surement mûrement réfléchie. Bien sûr, je me dis que comptable des deniers publics qui s'évanouissent à mesure que la crise s'installe dans les consciences, qu'assujeti à des problèmes liés à la décentralisation, au report des compétences sur les régions et aux budgets qui peinent à suivre, vous avez surement pris cette décision au sein de votre respectable assemblée démocratique en pleine logique qu'impose ces temps difficiles à la République

 

Je me permettrai toutefois simplement cette remarque qu'en dehors de l'implacable logique donc qui conduit à cet état de fait, qu'à plus de 3 km c'est gratuit, qu'à moins c'est payant, que les parents des autres enfants, en seront réduits à conduire eux mêmes leurs enfants à l'école, face à ce surcroit de dépense . Rien de grave, le citoyen se met à l'honneur de l'effort national pour redresser les comptes publics; mis à part, qu'en adaptant en même temps leurs horaires de déplacement de travail pour ceux qui en ont, à ceux des enfants, y compris pour ceux qui en ont plusieurs, voire en combinant astucieusement les diverses obligations de transport régissant nos petites vies de consommateurs ruraux qui participent en patriotes à la toute désirée croissance et habitués aux heures passées sur nos routes buccoliques de montagne, pas moins que vous, monsieur le président du Conseil général, nous regardons à la dépense, et à la campagne, tout à chacun, aussi peu fortuné soit il, cet état de fait réduisant le temps imparti à faire ses comptes, donc lui permettant de passer plus de temps sur la route, tout à chacun regarde à la dépense, combien même fut il obligé de posséder un véhicule.

 

Loin de moi d'imaginer qu'à l'imitation des générations précédentes nous ferions mieux de regagner les villes mettant ainsi un terme à cette idée pourtant rassurante que pour des petits revenus, il vaut mieux,à l'instar d'Alphonse Allais mettre la ville à la campagne et résider loin des centres urbains où tout est plus cher, même avec le bus et les joies du RER ou du tramway, et qu'à nouveau désertée la campagne serait ainsi moins couteuse en services publiques.

 

Non, juste cette petite réflexion, en ces temps de restrictions et de cogitations intenses à propos de divers problèmes dont ceux d'économie d'énergie et de déplacements carbone, auxquels j'en suis sur, vous êtes en premier lieu, nos élus, sensibles, inconvénients à l'origine semble t il du début de l'interrogation sur l'effet de nos comportements sur le réchauffement planétaire ainsi que sur l'opportunité de cette partie croissante du budget des ménages consacrée à l'automobile, 13% j'entendais hier à la radio nationale et de Culture, je m'essayai à toutes sortes de calculs ou m'énnonçant autant de problèmes posés à, la manière de la Communale ressuscitant les joies des colles dignes du certificat d'études primaires.

 

Quelle économie réalise ainsi un mini bus en ne s'arrêtant pas devant des enfants étonnés, bouches bées, sachant qu'ils le voient passer ainsi dépourvu du sens même qui le vouait à l'honneur de ce service public?

 

Quelle économie réalise ainsi la collectivité en provoquant au petit matin le démarage de plusieurs véhicules individuels pour parcourir ce même chemin , sachant qu'ils suivent ou précèdent le minibus Edgard?

 

Quelle économie réalise cette micro société en temps imparti au transport individuel d'enfants situés sur le même parcours sachant qu'un seul véhicule et chauffeur déjà employé à cette tache passera ce temps imparti avec un seul enfant à son bord?

 

Quel sens donne t'on à cet état de fait qui égaie notre petite route de campagne par une circulation accrue sous le vrombissement de plusieurs moteurs sachant qu'un seul y contribuerait?

 

Quel sens donne t'on au travail de notre chauffeur respectueux de ses obligations sachant qu'il passe sans s'arrêter devant les enfants qu'il prenait auparavant?

 

Quel sens donne t'on à nos enfants sur la necessité de l'effort collectif face à la montée de l'individualisme?

 

En quoi une politique d'un conseil général situé à gauche diffère t elle sur ce point d'une politique située plus à droite, qui va dans le sens de faire payer aux citoyens les services qu'ils se rendent à eux mêmes sachant qu'ils relevaient jusque là d'une volonté politique plus collective, voir le tri des déchets, la tendance pour la gestion de l'eau et la remise en cause des services de façon plus générale?

 

Certain de votre attention et de celle de vos collègues de l'assemblée du Conseil Général et sûr de votre dévouement aux problèmes de vos administrés, je me permets ainsi d'attirer, non sans malice je vous l'accorde, votre regard, monsieur le président, sur ce point de réfléxion que je me tenais ce matin lorsque j'accompagnais ma petite fille au bout du chemin, après le pont. Je me disais que les règlemnents qui régissent nos petites vies de citoyens ordinaires recèlent dans leur caractère implaccable cet inestimable source de réflexion sur l'écart qui subsiste entre les hémicycles et la réalité des chemins d'écoliers, dans nos campagnes où le son des galoches de bois ne résonnent plus sur les chemins poussiéreux depuis longtemps, où il va de l'économie de nos petits émonuments qui nous tiennent de salaire comme il en va de la fragilité je n'en doute pas de votre budget. Allez, autant vous le dire avec sans doute trop d'insolence, deux enfants, trente euros, deux cent francs dit mon vieux voisin qui a enfin passé le cap de l'ancien au nouveau, y'en a qui réfléchissent et se disent, tant pis, je prendrai ma voiture, quel dommage monsieur le président...

 

Esperant retenir votre attention ainsi que celle des élus qui vous secondent et qui ont la lourde charge de sous peser le poids des règlements et en qui nous gardons notre confiance d'administrés, je vous prie d'agreer Monsieur le président du Conseil Général du Gard, l'expression de mes considérations respectueuses et citoyennes.

 

Philippe Maréchal

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

Marie 17/12/2015 15:05

Le service public du Conseil Général qui transporte les enfants pour les trajets scolaires, emploie depuis des années des conducteurs qui se fichent de la sécurité routière et donc de la propre sécurité des enfants pendant les trajets. Malgré une remontée d'informations au niveau de ce service, rien n'a jamais été fait. Signez cette pétition http://www.mesopinions.com/petition/enfants/protegeons-nos-enfants-trajets-scolaires/17370 pour que le président du Conseil Général du Gard fasse preuve d'autorité face à ce sujet et trouve une solution adaptée !

Karine 13/10/2010 09:24



Merci Philippe,


Et oui, je suis la maman des deux copines qui ne partagent plus le joli bus jaune avec L. J'espère que ta lettre retiendra l'attention de quelqu'un au conseil général (quand on diffuse les infos
sur le net, il semblerait que ça les fassent bouger!) car moi je n'ai toujours aucune réponse à mon mail. Ca fait maintenant 10 jours que je l'ai envoyé et son contenu était sensiblement le même
que ta lettre!!! Je téléphone de temps en temps au sercice transports du CG mais je ne trouve jamais de réponse... bizarrz, bizarre!!!! On se tient au courant de l'évolution...en espérant qu'il y
en ai une!



phiver 07/10/2010 15:57



Merci maréchal ! vous avez certainement fait vos humanités en littérature cette prose vous sied à merveille et sent bon le guard sauvage!car des humanités en aritmétiques et autres chiffres que
nenni : alors c’est quoi la règle puisque vous avez mis les deux!!!
faut il etre à plus de 3 km pour avoir la gratuité?


Il est vrai que pour les autres c’est tout simplement ubuesque et cornigouillesque. un coup de moteur c’est là qu’ca consomme le plus un coup d’arrêt un coup de moteur et vite un coup d’arrêt au
moins j’espère que ces voitures mettent moins de temps que les petitszenfants se lavent mieux les dents et les mains..;


Corniguidouille essayez d’arranger cela avant les froids ou importer un nouveau maitre dans le hameau du Père Philippe et de ses concitoyens voisins et voisines…


psiit i love philippe’s blog!


 


ps cette lettre il faut au moins 35 h pour la lire



mobensim 06/10/2010 23:30



Je lirais bien cette délicieuse lettre dans la lecture que je fais sur "l'absurde".


Mais il serait préférable qu'elle régale l'hémicycle.


Attends avec impatience la réponse écrite du président...



clémence 06/10/2010 22:48



j'ose seulement espérer que, après avoir pris le temps de lire ta longue mais néanmoins truculente lettre, ledit président fera quelque chose !


édifiant