Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Lundi jour en i

…Ben voilà seul imperturbable et peu pressé règne en maître absolu et cruel le temps incompressible que tu le mets dans une boite toc et que tu appuies et hop il fuit par tous les coins y’en a partout c’est  injuste il étire et il écrase et finit par tout nier parce qu’il est le plus fort et qu’il met tout chose sous le tapis et qu’il a toujours raison et qu’il est trop fort et que ce soit juste ou pas d’ailleurs le temps a toujours raison et qu’il il a toujours le dernier mot et que  l’on reste enfermé dedans comme Numéro six dans la série  « le prisonnier » car même depuis la relativité on n’a jamais vu un mort du trépas en écarter les barreaux et s’enfuir avec des linceuls noués en cordes pour s’affranchir du néant et  sur un coût de trampoline en traverser l’abîme ben non que t’ as jamais vu ça hein le temps retient peut être en suspension les âmes des défunts comme la corde retient celui des suppliciés qu’elle pend et balance sous ton nez que tu te pincesPhotos-No-limit-016.jpg en essayant de regarder ailleurs ben tiens il nous questionne parce qu’on pense à la mort à la fin du temps de notre temps comme si aux enterrements se tenir en silence près d’une tombe c’est comme se trouver aux bords du temps alors prendre garde à ne point tomber comme avant sous les fenêtres à bord des trains qu’on aurait pu graver sur le devant des sépultures en cet endroit se rappeler qu’il convient de rester vigilant et qu’il peut être hasardeux de se laisser happer au passage des nuages nés d’une méditation rituelle  E pericoloso sporgessi oui gamin que tu étais songeur devant cette mise engarde à ne point y prendre garde ces mouvements célestes pourraient te saisir et te précipiter à leur suite dans un abîme de mélancolies cahotantes et cadencées accompagnées de flash back à vapeur et à répétitions rythmant l’esprit d’un cheminot qui se prend pour une locomotive ou bien pour un acteur du temps à l’image du corps d’un croyant devant le mur des lamentations tel un métronome à prières vain car il ne sert à rien de se lamenter devant le temps plutôt parler au mur il n’a pas le temps le temps et que si tu lui dis stop hein  qu’il te dit j’ai pas le temps s’arrêter pourquoi faire puisqu’ on va se faire rattraper par le temps  qui traîne toujours derrière que c’est toi  c’est ta faute que tu lui dis ben oui qu’il te réponds tu sais qui je suis ah ben non depuis le temps que j’y réfléchis j’en sais rien explique moi t’es qui alors çà mon petit bonhomme que çà va prendre du temps…

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

monique 04/10/2011 00:49



Et pis, Bourreau, je cherche de l'humeur où je veux, d' abord !


Je t'embrasse, toi ! ça te va comme humeur ???



Bourreau fais ton office 04/10/2011 00:46



Et pis Monique, cesse de chercher de l'humeur d'automne ds les oreilles de philippe !



Bourreau fais ton office 04/10/2011 00:43



Génial.



monique 03/10/2011 22:02



Pas étonnant que le temps téchappe si tu ne le ponctues pas de quelques soupirs à virgules.


Malgré l'été éternel, je sens pointer ton humeur d'automne.