Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Putain de godasses

Au hasard de ma radio, ma compagne, mon amour, je l’aime ma radio…Hier un feuilleton, « Chiens noirs des seventies, Led Zeppelin » par François Bon, de la mémoire en barrette de manche à guitare, gravée comme les cœurs qui subsistent sur les troncs, à côté de Neil Young, ou bien d’autres encore qui ont énervé mes 15 ans et qui servent encore de questionnaire aujourd’hui, que sont devenus mes rêves d’alors…Où est passée l’ivresse qui glissait sur les quais de Brest, devant les bars des Mouettes ou bien celui des Fauvettes, où sont envolés les serments d’une vie inventée pour tout bousculer et accompagner les démarches titubantes et la posture du marin  « qui pisse en regardant les étoiles… » Paroles crachées d’un vieux juke box, après Donovan,  Mélanie et Mr Tambourine man juste avant…Led Zep et les rêves drapés de Cachemire devant une bière trappiste… Inamovibles titres que le patron du bar refusait de changer et qu’on l’on nommait par leur numéros, « rejoue moi Q5 et P4 qui est moche mais comme je suis réformé… », Une bière, une tige à rouler, un mec en sabot et chemise grand père, les cheveux jusqu’au cul et qui fait chier à vouloir jouer du violon pendant ma chanson…

Au hasard de ma radio, un peu plus tard, dans la « Dispute, Jean Michel Ribes, directeur du Rond point…Pascal Rambert, Sophie Perez,…je ne vais jamais au théâtre, parce que perdu dans mon trou, sauf une fois au travail, parce que là, ppour une pige dans la cour d’honneur du Palais des Papes… et pourtant bonheur d’entendre Jean Michel Ribes, l’impression d’une rencontre familière, d’un rendez vous avec l’intelligence, la subtilité, l’espoir qu’il existe bien de ces hommes qui l’espace d’un instant transforment tout ce qui est lourd, vulgaire et froid en  tout qui vaille la peine, en espoir chaud au cœur et léger comme les âmes qui iront s’encanailler sous la jupe des théâtres à lever les rideaux…

Et puis ce matin à entendre par Laure Adler,  François and the Atlas Mountains, « Soyons les plus beaux… » http://youtu.be/HevOnFBRH9M

 

Envie de pleurer parce que ces femmes piétinées par les godasses de ces fumiers au Caire, Bonne journée saloperie de monde, putain de vie… Je me souviens d’un graffitis dans les chiottes des Fauvettes que je lisais pendant que je pissais à côté,  à Saint Martin, Brest, « une seule réforme de l’armée, sa suppression…et puis l'ivresse, et puis Led Zep et le rêve fou que je vais changer et que le monde va changer...

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

Yola 29/12/2011 17:05


Ces femmes  osent manifester pour l'avènement de  la démocratie dans leur pays alors qu'elles ne sont  guère respectées en tant que femmes , et ce n'est malheureusement pas le fait
des seuls militaires. Quel courage il leur faut!

monique 20/12/2011 20:07


Quand j'avais l'âge de ta bière, de ta clope et de Led Zep au juke box ...


Je chantais aux  batailleurs déjà avec  mes copines : " On s'en fout, on est belles, belles et rebelles !!"


Des fleurs sur le fumier ... comme aujourd'hui les godasses..et depuis pas perdu l'espoir ..d'autres bouquets un peu partout pour assécher le fumier fumant.