Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Train train suite 2

28112506Faudrait jamais entendre du Souchon dans un café de gare. Ca devrait pas être permis. Parce que du Souchon dans un café de gare çà fait mal au cœur. Cà rend le croissant bête. Y trempe tandis que le palpitant tremble. Le petit noir devient sombre. Le café lui,  est perché dans la gare, au dessus des voies. Le hall ressemble à celui de la gare de Lyon. Sauf qu’ ici, on est à Lyon, Lyon Perrache. Lyon Perrache et j’ai le cœur en bourre chou et taillé à la hache.  La Doudou est devant qui pleure avec ses yeux bleus tous rouges.  C’est peut être pour çà qu’on dit que la vie est belle puisque même la souffrance peut être esthétique. On en fait des films. Gros plan sur les yeux rouges, zoom arrière et contre plongée, mise au point et vue sur la gare à travers la vitre du snack, le hall en v, les voies, deux trains en attente, un pigeon qui vole, la neige au loin et comme une peinture  des feux rouges qui éclatent par paire, signalisation éparse au dessus des aiguillages. Du noir, du blanc, du rouge. T’en veux un autre ? De quoi ? Ben un croissant...Ben non. Quatre femmes arrivent. Elles s’assoient à la table d’à côté, ce sont des bonnes sœurs. Elles sont en civil mais çà se voit tout de suite. Elles demandent un chocolat chaud. Les bonnes sœurs çà marche au chocolat chaud. Y’en a plus, pour les belges non plus. Ca sourit quand même une bonne sœur,  et avec un petit rire à la clé comme une gamine gentille et çà demande un café. Avant qu’elle ne viennent y’avait un vieil arabe à la place. Coiffé d’un vieux bonnet en laine, il attendait son vieux train comme il attendrait toute sa vie. Il était émouvant, comme un papi qu’on aime. C’est beau un vieil arabe qui attend son train, on dirait du Souchon. Faudrait jamais entendre du Souchon dans un café de gare. Ca devrait pas être permis. Parce que du Souchon dans un café de gare çà fait mal au cœur. Cà rend le croissant bête. Y trempe tandis que le palpitant tremble.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

mobensim 17/01/2010 16:05


La gare de Perpignan, sans Dali, ne serait donc plus le centre du monde ?
Serait-elle redevenue cette cornette métallique, couvre chef d'une sinistre cité ?

Quai des adieux où des égarés aux yeux rouges noient dans un petit noir la langueur de l'absence ...comme ailleurs ?



Blanchemanche 17/01/2010 11:15


La gare de Perpignan ne fout peut-être pas le cafard, ce qui reste à vérifier..... Mais la ville de Perpignan refile ce qui se situe un cran au-dessus (au-dessous?) du cafard........


Blanchemanche 17/01/2010 11:13


Qu'elles sont loin ces années où un gamin en voie de rimbaldisation observait des cornettes se pochetronner au vin de messe (chaud) agrémenté d'épices les plus divers......


philippe 16/01/2010 10:41


Elles sont le lieu des départs des petites morts en quelque sorte avec quelque chose d'officiel qui ponctue ou marque comme un sifflet un peu martial. Faudra que j'aille voir celle de Perpignan
dont Dali disait qu'elle était le centre du monde.


mobensim 15/01/2010 19:24


Foule sentimentale...
Pourquoi toutes les gares foutent le blues...sauf peut- être celle de Perpignan?