Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le monde de philippe

Alors, mystérieusement, entre en existence cette chose dans laquelle il y de la joie. Krishnamurti

Y'en a qui veulent qu'on t'aime

Entre les acras de morue, les filets de truites, les pains de campagne, les étals de fringues et les fleurs, j’ai retrouvé mon vieux disquaire. Celui du marché, celui que je n’ai pas revu depuis tant d’années, un bail autant dire, quinze ans depuis que j’ai fermé boutique, plié mon parasol, du temps où je vendais mon pain sur le marché de Ganges…Emotion de se retrouver là comme avant où je venais flâner à la fin de la matinée et  y trouver mon disque de la semaine. On y trouvait de tout pour son bonheur, et surtout de  la bonne musique qu’il vendait, mieux qu’il ventait avec amour. Il est toujours là, au même endroit, le thé qui frémit derrière son chaland, le bonnet capelé pour se protéger du froid et la goutte au nez, toujours la goutte au nez, quelques rides de plus aussi et toujours des bons trucs à écouter, jusqu’à…  «  je veux qu’on m’aime » de Romain Dudek , en bonne place, pas loin du rémouleur, au milieu du marché, au milieu des cœurs, Romain…

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Philippe Maréchal

citoyen du monde
Voir le profil de Philippe Maréchal sur le portail Overblog

Commenter cet article

mobensim 03/12/2010 19:10



J'aimerais retrouver le mien aussi, mais les disquaires ont disparu des marchés de Provence, au profit de marchands de perlimpinpin...