Pages

Promotion

fleurs et tomates

Le temps qui passe

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Recherche

Fleurs de Coucourges

le-monde-de-philippe-3661.jpgDonc écrivain maudit et dans la peine, j'essayais de torturer l'ébauche d'un roman qui finalement n’accoucha que de cette phrase sibylline :
"Ce jour là, nous étions de chaque côté du doigt qui nous montrait sa lune".

Aucune maxime de grande sagesse n'échapait à ce jour à la vision tordue d'un esprit mal embouché et pourtant appliqué quant à jeter sur la page blanche, la sueur pulvérisée d'un cerveau tout employé à presser le meilleur du citron pour en délivrer une phrase sans fin qui vous emmène telle une cochonnerie dans le tourbillon d'un syphon dont on sait qu'il se fout de savoir dans quel sens il conviendrait de faire tourner la flotte selon qu'il se trouve dans l'un des deux hémisphères du muscle en gelée qui sert d'ordinateur portable au bipède moyen.

Respirez, vous êtes sorti de la phrase dite "d'immersion" sans laquelle nous ne serions pas reconnaissant aux auteurs, asmathiques, de nous gratifier de phrases tellement courtes qu'elles figueraient au rayon des hoquets dans toute librairie insolite.

Cette digression, ne s'arrêtera que si j'ose vous provoquer d'une autre assertion quant à cette ultime maxime, dont je ressens chaque jour un peu plus l'ambiguité à mesure que je progresse sur la voie du chemin de l'initiation mystique et necessaire:

"Quand l'élève est prêt, le maitre l'attend".

Personnellement, je crains ce jour.

 humeur-du-chef-3057.JPGDans son atelier céleste, son attraction universelle, Celui dont on se saurait parler sans s’attirer les foudres de ceux qui en parlent si mal, Il  ouvrageait dans un fourbis nuageux et interstellaire, en maugréant:

-ce qui est énervant avec la fébrilité c'est le manque de concentration.

-C’est cela même, Seigneur, disait en pouffant dans son dos, un barbu qui répétait sans cesse, c’est en voilà que Léonard de Vinci… 

-Etonnant non ? Disait un certain Desproges qui considérait les deux vieux avec un sourire malicieux,

-C'est de bon aloi au ciel, c’est à dire, ajoutait maitre Capello

Paré d'un pull Jacquard, un nouvel arrivant,redondait, et contemplait attendri, un autre anonyme, coiffé d'un chapeau ridicule orné d'une plume, qui tripotait le cul d’un ange flatté par ailleurs, de se faire tirer les ailes par Robin des bois.

Il ajoutait goguenard:

-Ce qui est inquiétant Seigneur, dans l'angoisse des hommes c'est que çà peut les rendre anxieux, aussi, si je peux me permettre…

-Ah toi ta gueule, lui rétorqua un diablotin égaré en ces lieux de sainteté  et chassé de sa sieste par le boucan des bavards évaporés et aux couvres chefs circoncis d’une capsule évanescente  et gazeuse.

L'affreux déguerpit et replongeat dans la chaudière du sous sol, arrachant la plume de Robin qu'il se mit à son cul.

C'est tout pour aujourd'hui.

 

Petit brin d'annonce décalée pour mettre de bonne humeur, ce qui est de bon aloi en ces temps de frimas printaniers afin de chasser les mauvaises odeurs et retourner les coeurs endoloris se rêvant primesautiers et donnant à espérer des jours meilleurs, voilà et toc, musique...

 

Et je montais en me croyant posé sur l'escalator ce docile totor métallique et je croisais les regards furibards de ceux qui descendaient sur celui d'à côté imaginaire et tout aussi docile et d'un rythme égal et je ressentais tous ces regards qui répondaient au mien avec le même point d'interrogation dans la gueule la même exigence dans ce temps à passer moi à monter et eux à descendre à parcourir cet instant de vide ou la vacuité qui s'émane au beau milieu d'un centre commercial dressé comme un chancre où s'est creusée une voie de passage à travers les non dits et les espoirs vains de toute une vie à chercher ce qu'on fout bien ici sur un putain d'escalator un totor à rebrousse marche laissez moi passer je sais que çà descends mais je m'en fous moi je veux remonter parce que dans un sens ou dans l'autre on est comme sur une danse imbécile celle d' une chenille qui redémare c'est toujours dans la même direction celle de la vie qui fout le camp  

02160630.jpg Compétitivité, performance, gains de productivité, on a déjà essayé çà sur le tour de France, résultat c'est encore un américain qui avait gagné. devant un tel programme, Je suggère donc de remplacer le maillot jaune par la marinière.

coquelicots.jpg

 

Et la vie qui avait de petits yeux cruels inventa les sensibles. Quant à eux, ils ne trouvèrent rien de mieux que de la faire pleurer. Bien fait. C’est ainsi qu’il se mit à pleuvoir. Quand la vie ôta ses lunettes embuées, elle vit quelle avait inventé les jardiniers. Ils font pousser les fleurs. Ceux qui sont amoureux les offrent à leur belle. Ils les coupent à la base, les fleurs, pas leur belle. C’est la vie, et c’est une brute.

 

_83T0434.jpg " Il n'y a pas de cap pour qui ne connait pas de port"... Lue dans Rue 89, cette phrase du "Che" de Besançon, pays où l'on n'a pas inventé la Salsa, je peux la traduire en termes maritimes, et qui donnerait ceci: "navire non maitre de sa manœuvre, qui court sur son erre..." En gros, un navigateur perdu dans le courant, au gré des aléas météorologiques, sans moyens de propulsion, condamné à demander secours ou bien à se perdre ...voilà qui laisse perplexe le marin moyen devant une telle exergue pour une candidature, une de plus, à la présidentielle de 2012. Qu'on lui apporte une tisane, et comme c'est dimanche, introduisons dans son vieux magnétoscope une émission de feu Jacques Martin qu'on aura trouvé dans un vieux marché aux puces, à moins que dans un réflexe d'indignation héroïque qu'il faudra alors respecter, par considération dûe aux anciens, il se soulève de son fauteuil et dans un ultime effort, jetant à terre la couverture à carreaux dont il revêtait  ses genoux, dans un vibrant appel à la patrie, il ne réclame un "Cuba Libre" voire un Morito ou bien une glace à la vanille...

 

Quant à nos centrales nucléaires, elles ne feront rien qu'à égayer les allées de nos cimetières devenus fluorescents.

   

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés